RESULTATS SEMAINE APRES SEMAINE

GDM ST JAMES - résultats 2017-18

Samedi 2 septembre : GDM St-James se classe 4è du relais des Clochers avec Mickaël Perrigault, Ludovic Pautret, Jérôme Delaunay, Eva Mazier, Anne Le Page, David Hardy, Arnaud Velé, Mickaël Pinçon, Jean-François Pain et Catherine Desaintjores

Dimanche 3 septembre Victoire de Guillaume Bonnard au 10.200 km de St Senier sous Avranches en 35'10 "content de ma course, cela faisait longtemps que je n'avais pas mis un dossard - je suis parti avec Pascal Barbot et Christophe Chartrain, je les lâche à 1500 m de l'arrivée" - les résultats à venir

Dimanche 3 septembre, semi-marathon St-Malo-Cancale – 2136 classés, le parcours est inversé tous les ans, et le sens St-Malo-Cancale est beaucoup plus difficultueux que Cancale-St-Malo, sans doute la raison de la baisse significative du nombre de coureurs au départ : belle 6è place de Sullivan Chauvin 1h15’15 « je suis super content car je suis qualifié pour le championnat de France (la qualif en seniors hommes est à 1h15’30) sur ce parcours vraiment dur, impossible de faire un chrono, trop de montées et de descentes – malgré tout cela reste un parcours magnifique» ; 12è et 2è master 1 Emmanuel Cerisel 1h17’48 (Manu passe master 2 au 1er novembre, il se qualifie aisément pour le championnat de France), 64 David Le Digarcher 1h26’39, 75 Jacques Sémeril 1h27’15, 232 Pascal Bêlé 1h35’26, 298 Christophe Le Gall 1h38’06, 435 Loïc Lebon 1h41’27, 977 Romain Leroux (son premier semi !) 1h52’28, 1422 Cédric Heslouin 2h01’07, 1999 Jakotte Guyot 2h19’28

-Après Loïc Lebon, sélectionnés 8 fois en équipe de France (1 fois sur 100 km et 7 fois sur 24 heures), et Mickaël Jeanne sélectionné 3 fois en équipe de France de 100 km, c 'est au tour de Réjane Lecamus et David Hardy d'avoir peut-être l'honneur de représenter la France au prochain championnat du monde de 100 km en septembre 2018 en Croatie.

Dans le cadre de la préparation de cette échéance, la Fédération Française et sa Direction technique leur ont proposé de participer en septembre prochain à un stage regroupant les meilleurs cent bornards français du moment pour créer une dynamique collective et fixer, avec eux, les meilleures stratégies de préparation 2018. Ce regroupement aura lieu dans le cadre du 100 km de Millau du 29 septembre au 3 octobre. Les entraîneurs étant également convoqués, Rémi Dubois, entraîneur de David, n’étant pas disponible, seul Johnny Delépine, celui de Réjane, participera au stage

Mi-août, Réjane et David ont également été sollicités par la FFA pour une proposition de la fédération internationale des longues distances se faisant l’intermédiaire avec un organisateur Chinois qui proposait une invitation pour deux athlètes hommes et/ou femmes pour un 100km ou un 50km (au choix), le 30 septembre prochain à côté de Kumming (Fuxian Lake).


Dimanche 10 septembre, victoire de Mickaël Jeanne à la course nature, de Noyal-sous-Bazouges (35), 12 km,  en 46’21.

10 km de Moyon (50) : 13è Vincent Avenel 37’35, 53 Stéphane Cotillard 44’54, 86è, 6è femme et 2è master 1 Maryline Cotillard 50’29, après 15 courses, Maryline est en tête du challenge Courir en Manche « encore 7 courses, on ne lâche rien » - Vincent Avenel a gagné ce challenge en 2014 et 2015 ; 126, 21è F et 1ère espoir Ludivine Roussel 1h02’20.

Trail des légendes de Brocéliande, domaine de Trémelin à Iffendic (35), 23 km - 511 classés : 441 Jean-Baptiste Costard 3h09’56

Dimanche 10 septembre, semi-marathon Auray-Vannes – 3187 classés dont  628 femmes :  671è Bruno Lair, 1h39’30.

Samedi 9 septembre, Marathon festif du Médoc traversant les vignobles – «  le marathon le plus long du monde » avec sur le parcours 22 points de ravitaillement, une vingtaine de tests "œno-sportifs" (dégustation de grands crus à dose modérée !) - 55 animations et points de dégustations variés (huitres, entrecôte, fromage, raisins, glaces etc.)- 8500 coureurs (la plupart déguisés) en ont pris le départ cette année de cette édition dont le thème était « la musique en 33 tours » : Pascal Bêlé du groupe « Village People » a couru en 5h17’10 et Nicolas Boismartel, avec son équipe de vikings qui tirait un drakkar, a courur en 6h47’01.

Reprise de l’école découverte de  l’athlétisme, enfants nés à partir de 2011 et de l’entraînement des jeunes (benjamins, minimes, cadets)  vendredi 15 septembre, à 18h45, au stade, près du collège le Clos Tardif.

Des nouvelles de nos centbornards : outre Réjane Lecamus (avec son entraîneur Johnny Delépine) et David Hardy qui participeront au stage de l’équipe de France à Millau du 29 septembre au 3 octobre – Mickaël Jeanne, lui,  prendra le départ du 100 km de Millau le 30 septembre, (son 25è 100 km) -  départ qui devrait être donné par Laura Flessel, ministre des Sports.  Mickaël aura à cœur de bien figurer dans cette course qu’il a gagnée en 2014, on s’en souvient, après un mano a mano incroyable avec Hervé Seitz ( en 2015 il avait pris une belle 3è place).  L’accompagneront Pierre Gautier, habitué des longues distances et son pote Christophe Le Gall, nouveau licencié à GDM et pour qui ce sera le premier 100 bornes.


 

 

Dimanche 10 septembre, semi-marathon Auray-Vannes – 3187 classés dont  628 femmes :  671è Bruno Lair, 1h39’30.

Samedi 16 septembre, 9.9 km de Baudre (50) épreuve comptant pour le challenge « Courir en Manche »– 125 classés : 6è et 2è master 1 Emmanuel Cerisel 34’05, 116 et 3è espoir Ludivine Roussel 56’13. Déception pour Stéphane et Maryline Cotillard qui étaient inscrits : « Ce Challenge de la Manche nous fait vivre de bonnes et mauvaises surprises, aujourd'hui nous avons raté le départ du 10 km de Baudre, à cause d'un bouchon d'1h30 sur l'A84, impossible de prendre une sortie. Alors un conseil à tous les coureurs, avant de partir sur une course, lancez une appli telle que Waze ou Maps qui vous renseignera sur l'état de la circulation. Nous l'avons lancée trop tard. C'est très frustrant mais on tâchera de ne plus se faire prendre »

Trail urbain de Fougères, 7 km, 147 classés – pas de chrono : 127 Hervé Besnard, 131 Florence Deguette. Courses jeunes, pas de dossards ni de classement, sur le 800 m –  éveils et poussins, 20 au départ : Ethan Bêlé (éveil athlé) gagne, et sur le 1800 m, benjamins et minimes, Théo Bêlé (benamin) termine 3è

Samedi 16 septembre, Semi-marathon de Saussey – VICTOIRE de Sullivan CHAUVIN en 1h17’20

Samedi 16 septembre, près de 5000 participants - dont Nicolas Boismartel et Mathieu Guérault -, ont pris part au Mud Day de Cabourg. Avec la pluie et le froid en invités cette année, cela ajoutait aux difficultés de ce circuit long de 13 km jalonné de 22 obstacles. Malgré cela, beaucoup de bonne humeur chez tous les Mud Guys qui étaient venus là pour en découdre sur ce véritable parcours du combattant comprenant :  bains de boue et d’eau glacée, grimper aux cordes, franchissement de murs.

Dimanche 17 septembre, course nature des Terre-neuvas, 13,2 km – 233 classés : 129 Jean-Baptiste Costard 1h15’40

Après une semaine de pluie, le soleil a eu la bonne idée de s’inviter ce dimanche  au relais Normandie-Bretagne, pour en assurer le succès, succès bien mérité pour ses organisateurs et bénévoles des 13 communes traversées. 35 équipes de 13 coureurs au départ de St-Martin-de-Landelles pour arriver à Savigny-le-Vieux (74,200 km) : GDM St-James était représenté par 2 équipes filles dont celle des Gazelles qui arrive 28è et gagne en filles en 5h48’53, avec seulement 1’43  d’avance sur l’équipe de Fougères (vainqueur l’an dernier) avec Réjane Lecamus (qui a fait le 1er et le dernier relais où elle a été époustouflante puisqu’elle avait plus de 6’ à rattraper sur 6.1 km !), Linda Noël, Anne Martineau, Eva Mazier, Martine Lefeuvre, Corinne Gautier, Lucie Brault, Catherine Desaintjores, Natacha Roue, Carole Hézeau, Nolwenn Caraes, Magalie Robidel et celle des Gonzesses avec Estelle Hardy, Lydie Brion, Jacqueline Guyot, Aurélie Lecoeur, Patricia Lebon, Inma Graells, Béatrice Pinçon, Ludivine Roussel, Anita Liger, Mireille Verdier, Marylène Evrard, Angélique Gautier et Florence Deguette qui ont toutes bien couru puisque pour certaines c’était le premier contact avec la « compétition », elles se classent 3è équipe filles en 7h05’40. L’équipe garçons composée de Mickaël Perrigault, Alain Mazier, Nicolas Boismartel, Joël Lelièvre, David Le Digarcher, Philippe Muriel, Nicolas Hezeau, David Hardy, Jean-Michel Pigeon, Mickaël Pinçon, Jérôme Leduc, Pascal Bêlé, Jérôme Delaunay, s’est bien défendue puisqu’elle se classe 4ème au général et 2è équipe masculine en 4h51’24. Un grand merci à nos 3 suiveurs vélos : Serge Gautier du Vélo-Club de St-James, Désiré Wepierre et Michel Carnet


 

 

Dimanche 24 septembre, marathon de Laval : 51è Arnaud Velé 3h14’58 (Arnaud bat son record établi en 2015 de 3h20’31) ; 150è Lionel Pasquer 3h37’20

Marathon de Tours : 16è Mickaël Perrigault 2h47’20, (Mickaël bat son record qui était de 2h49'22 à Nantes en avril dernier), 179è Olivier Millet 3h29’32, (Olivier bat également son record, 3h33' à Lyon en 2016)- 

Samedi 16 septembre, avait lieu à La Ferté-Macé, «  l’Incendiaire », 2 courses pédestres de 6 ou 11 km agrémentées d’obstacles sans difficulté majeure. Du genre parcours de commando, ces épreuves, au profit des Orphelins des Sapeurs-Pompiers,  sont  conçues  pour le plus grand public à la recherche du dépassement de soi, sans idée de performance chronométrique et désireux de s’amuser. Franck Lagrée et Patrick Bourges de GDM étaient parmi les 3750 concurrents au départ

Samedi  23 septembre, défi du Jerzual, Dinan, 11 km, 1503 classés : 212 Vincent Lepannetier 50’46, 214 Pascal Bêlé 50’47, 280 Gilles Dubois 52’16, 392 Jérôme Benoit 54’12, (916 Alain Battais 1h02’35). Courses jeunes – éveils et poussins, 600 m,  – 207 classés : 6è et 1er éveil Ethan Bêlé ; benjamins-minimes, 1650 m – 70 classés : 10è et 6è benjamin Théo Bêlé.

Vendredi prochain, David Hardy et Réjane Lecamus, accompagnés de l’entraîneur de Réjane, Johnny Delépine, prendront la route, direction Millau, pour le stage de 5 jours de l’équipe de France de 100 km, en vue d’une sélection pour le championnat du monde en Croatie en septembre 2018. Mickaël Jeanne (vainqueur en 2014), Pierre Gautier et Christophe Le Gall, seront eux au départ du 100 km de Millau samedi 30 septembre, à 9h30. 


Samedi 30 septembre, courses nature de Montours (35) – temps sec  mais terrain bien boueux et glissant cette année.  11 km – 104 classés dont 33 femmes : 12è Gilles Dubois 49’57, 13 Pascal Bêlé 49’58, 38 Philippe Mahieu 58’44, 54è, 5è femme et 1è master 3 Martine Lefeuvre 1h02’22, 58 Jérôme Leduc 1h03’50, 64 Ludovic Pautret 1h05’20, 88 Jean-Luc Hézeau 1h15’34, 99 Patrick Dupont 1h23’43.

25 km – 45 classés dont 3 femmes : 8è Mickaël Perrigault 1h53’54, 12 et 3è master 1 Jean-Michel Pigeon 2h06’01, 26 Joël Lelièvre 2h19’44, 38 et 2è master 3 Jean-Louis Brault 2h29’32, 42è, 3è femme et 2è master 2 Catherine Desaintjores 2h37’38, 43 Jean-François Pain 2h39’22.

Course populaire, 4,5 km – 31 classés dont 15 femmes : 1er Baptiste Hamard (minime) 18’02, 18, 3è femme et 1è cadette Lola Mahieu 23’43, 19, 4è F et 1è junior 23’53, Anaëlle Philippeaux 23’53, 20, 5è F et 2è cadette Eva Mazier 23’53, 22, 7è F et 2è senior Linda Noël 25’11, 26, 10è F et 1è master 1 Inma Graells-Contreras 27’05, 27, 11è F et 3è senior Aurélie Lecoeur 28’54, 28, 12è F et 2è espoir Amandine Carré 30’19.

Benjamins – 3 km : 3è Théo Bêlé 12’04, 6 Mathéo Hamard 13’52.

Poussins – 750 m : 3è Alban Garnier 3’13, 7è et 1è fille Manon Delaunay 3’27, 9 et 2è fille Candice Lechat 3’28, 10 Valentin Velé 3’29.

Eveils athlé – 600 m : 1er Alexis Garnier 3’05, 3 Ethan Lechat 3’09, 4 Alexandre Battais 3’18, 6 Emilien Velé 3’36, 7 et 2è fille Naïlys Dussaux 3’45, 11 et 5è fille Romane Dubois 3’51, 12 et 6è fille Célia Dubois 3’57, 14 Raphaël Delaunay (baby) 4’07

100 km Millau – 1402 coureurs au départ – 1242 classés : 3 St-Jamais étaient sur la ligne de départ encouragés par David Hardy et Réjane Lecamus (avec son entraîneur Johnny Delépine), présents à Millau pour  un stage regroupant les meilleurs cent bornards français pour créer une dynamique collective et fixer avec eux, les meilleures stratégies de préparation pour  le championnat du monde de 100 km qui aura lieu en septembre 2018 en Croatie : 8è Mickaël Jeanne 7h55’48 «  Je savais que ce serait difficile d’être performant à Millau. Pendant 2-3 semaines, blessé, je  n’ai pas pu m’entraîner comme je l’aurais voulu, il m’a manqué de grosses séances de bosses et de descentes et évidemment ça s’est ressenti aujourd’hui sur un parcours particulièrement difficile sur la 2è partie avec de longues côtes et descentes qui cassent bien les jambes. Voyant que je ne pourrais pas faire dans les 7h30, du coup j’ai marché au 70è et puis avec mon suiveur vélo, Désiré,  je me suis remotivé pour faire moins de 8 h. Finalement je ne suis pas si mécontent, c’est quand même mon 3è 100 km cette année ! Chavagnes et Cléder où j’ai fait un bon temps. Place au repos maintenant, avant de repartir pour les cross » ; 68è Pierre Gautier 9h29’12 «  tout d'abord je retiendrai l'image de Christophe en pleurs à  l'arrivée me disant qu'il s'était battu pour le maillot de notre club. Super pour lui : 1ère course avec GDM sur un 100km,  de plus à Millau cela met assurément une certaine pression de bien faire. .....

En ce qui me concerne je voudrais rendre hommage à ma famille et amis présents qui m'ont encouragé  tout au long de l'épreuve, ainsi qu'à mon accompagnateur André Prodhomme qui m'a poussé dans mes derniers retranchements pour atteindre mon objectif. Mon meilleur chrono à Millau "... ; 315è Christophe Le Gall finisher de son premier 100 km en 11h27’40


Samedi 30 septembre, Carole et Nicolas Hézeau ont participé avec l’équipe de St Malo au challenge Ludovic Martin, aquathlon organisé par les sapeurs-pompiers de Dinard, en hommage à Ludovic, sapeur-pompier volontaire à Dinard et engagé à la brigade de SP de Paris, décédé en novembre 2007 en luttant contre un incendie.

Samedi 7 octobre, course nature, Brécey, 10 km – 110 classés dont 31 femmes : victoire de Guillaume Bonnard en 40’05, 7è Vincent Avenel 44’41, 30 Stéphane Cotillard 51’13, 44 Jean-François Pain 56’06, 59 Jérôme Leduc 59’45 ;  64è, 7è femme et 4è master 1 Maryline Cotillard 1h00’44 ; 74è, 10è F et 1ère cadette Eva Mazier 1h02’51

 Après sa victoire samedi à Brécey, sur la course nature de 10 km, dimanche, Guillaume Bonnard en duo avec Sébastien Botte du VC Avranches, s'est classé premier du vétathlon d'Agneaux sur 32 duos hommes classés (3 abandons). Il fallait courir 4.5 km (Guillaume) puis faire 25 km à vélo (Sébastien) puis courir 3 km (Guillaume).

Dimanche 8 octobre, Tout Rennes Court, 10 km - 5127 classés dont 1802 femmes : 41è et 2è master 1 ex aequo (il passe master 2 le 1er novembre prochain) Emmanuel Cerisel 34'08 ; 217è, 10è femme et 3è master 1 Réjane Lecamus 40'16 ; 3008è – 630è femme Inma Graells Contreras 1h04'18 (temps réel 58'23).

Semi-marathon Rennes, 2708 classés dont 490 femmes : 151 Vincent Lepannetier 1h26’10 (1h25’49 temps réel) ; 316 Gilles Dubois 1h30’39 (1h30’17) nouveau record pour Gilles qui était de 1h34’42 en 2015 à St-Malo ; 409 Lionel Pasquer 1h32’57 (1h32’30) ; 699 Mickaël Pinçon 1h38’08 (1h37’40) ; 774 Bruno Lair 1h39’14 (1h38’47) ; (1250 Alain Battais 1h46’27 – 1h45’30) ; 1575 Franck Porcher 1h51’19 (1h50’12) ; 2142 et 253è F Annick Pasquer 2h00’56 (1h59’48)

5 km Tout Rennes Court – 652 classés : 34è Arnaud Velé 17’03

Courses jeunes Rennes – poussins – 1.5 km – 112 classés dont 37 filles : 89 Valentin Velé 6’28 ; benjamins, 2.950 km - 109 classés dont 47 filles : 26 Théo Bêlé 11’54

Dimanche 8 octobre, la Vannetaise, 6 km, course féminine organisée contre les cancers féminins sur le port de Vannes – 3839 classées : 430-431 Patricia Lebon et sa fille Aurélie 34’31’’– elles se classent 13è duos mère-fille.


Vendredi 13 octobre,  Carine Mahieu, maire de la commune nouvelle St-James et Nathalie Panassié, maire de St-James ont tenu à honorer en présence de maires du canton les champions de France 2017 de 100 km : Réjane Lecamus pour son titre de championne de France indidivuel puis David Hardy, Mickael Jeanne et Réjane Lecamus pour leur titre de champions de France par équipe, ils étaient entourés du président de GDM St-James, Jean-Luc Hézeau, très ému de rappeler dans son discours  les débuts de l’association il y a 20 ans avec son président emblématique Pierrick Heurtault,, et de nombreux licenciés du club. Rendez-vous a été pris pour le 21 avril prochain, date du prochain championnat de France qui aura lieu à Belvès en Dordogne.

Résultats : dimanche 15 octobre, marathon de Vannes, 1370 classés : 1190 Jean-Baptiste Costard 4h44’14 (temps réel 4h43’21).

Course nature St-Malo, 11,4 km – 537 classés : 204 Mikaël Gazengel 58’43, 282 Kevin Desvallées 1h01’22, 333 Cédric Heslouin 1h03’36


Dimanche 22 octobre, Marathon vert de Rennes – 1567 classés dont 209 femmes -marathon très relevé avec la présence de 16 Kenyans et Ethiopiens dans les 30 premiers, et gagné en 2h09'45 par Josphat Kiprono :  : 30è et 5è master 1 David Hardy 2h35’39 "1er négative split (1h18' le premier semi et 1h17'39 le 2è) - la 2ème partie est beaucoup plus dure et on avait plus de vent. Très bonnes sensations" ;  56è Mickaël Perrigault 2h44’05 (temps réel 2h43’57) (record perso battu 2h47’20 à Tours fin sept 2017) «  je suis satisfait malgré le vent de face qui nous a gênés ; sans ça je pense que j'aurais pu mettre 1 à 2 minutes de moins. Super forme malgré de gros doutes au départ. J'ai couru en regardant seulement mes passages au km et Désiré me dit à un km de l'arrivée "bravo ! 2h45", j'étais content !!! Du coup, ça me qualifie pour le championnat de France ! je peux encore faire mieux - (c'est mon 3è marathon de l'année plus un ultra). Maintenant repos et l'année prochaine prépa pour un marathon et rien que ça ! » ; 60è Mickaël Jeanne 2h45’56 (2h45’54), 129è David Le Digarcher 2h58’11 (2h58’02) (record perso battu également 3h11’15 au Mt St Michel en mai 2017) ; 203è, 12è femme et 4è master 1 Réjane Lecamus 3h06’09 (3h06’06) « évidemment je ne trouve pas le chrono terrible mais il reflète ce que je vaux pour le moment. J'étais bien mais ça ne veut pas aller plus vite » ; 476è Olivier Millet 3h28’33 (3h28’11) (record perso encore battu 3h29’32 à Tours fin sept 2017) « sur une course plus dure que Tours, ça fait plaisir » ; 507 Loïc Lebon 3h29’24 (3h29’01), il est arrivé en direct sur TV Rennes (merci à eux !) et a été fêté sur la ligne d’arrivée par de nombreux St-Jamais et sympathisants pour son 100è marathon ; 1002è Jérôme Benoit boucle son premier marathon en 3h56’03 (3h55’12) « c’était un super marathon avec une très belle organisation ! mon objectif était de le faire en moins de 4 heures. Petit regret de m’être blessé au pied au 23è km mais malgré cela, c’était cool ! bravo à toute l’équipe de GDM »

 Dimanche 22 octobre, la féminine Yves Rocher, Rennes, 7.5 km – 1345 classées : 140 Patricia Lebon 39’49, 256 Morgane Alexandre 42’08, 335 Morgane Goualc’h 43’10, 359 Jakotte Guyot 43’31, 390 Inma Graells 43’58, 527 Lydie Brion 45’33, 783 Christine Hayoit 48’07, 965 Alyssa Sébire 50’, 1080è Gwendolyne Charuel 52’05

 Courir entre deux O, Caen, samedi 21 octobre, 53 km : Quelle déception pour Jean-Michel Pigeon : "j'étais super bien, je double le 2è et le 3e au 43è km, ce qui m'a donné encore plus la pêche pour aller chercher le podium. Eh bien, non, je me suis perdu, à un carrefour de 3 chemins, pas de rubalise, personne pour indiquer lequel prendre, du coup j'ai fait 5.6 km de plus, j'ai perdu du temps à demander aux gens la route, fait demi tour... bref je suis trop déçu - je finis quand même 9è en 5h24’10 mais que de regrets " -16è et 2è master 3 Jean-Louis Brault 5h54’42 et Joël Lelièvre 17è et 3è master 2 en 5h54’44 - Joël comme Jean-Mi s'est perdu et a fait 5 km de plus...


Dimanche 29 octobre, cross des sapeurs-pompiers, La Bazouge-du-Désert (35) – en masters 1, 7220 m : 4è Jacques Sémeril 31’28. En seniors hommes, 8260 m– 34 classés : 12 Arnaud Velé 35’09, 15 Vincent Lepannetier 35’49. En cadettes  – 3220 m : 2è ( 1ère des non pompiers) Eva MAZIER 17’35. VICTOIRE  de Baptiste HAMARD en minimes, 3010 m. En benjamins, 2050 m : 7è Mathéo Hamard 10’06. VICTOIRE d’Ethan BELE en poussins (32 classés) -  860 m, en 4’24, 4è Alban Garnier 4’37, 11è Valentin Velé 4’52, 14è Alexis Garnier 4’55, 16è Emilien Velé 5’06

Samedi 28 octobre, trail du château de Boeuvres à Messac (35) – course la Guissacoise, 8 km – 202 classés dont 80 femmes : 145è et 37è femme Nataché Roué, 53’48.


 

 Marathon Nice-Cannes, dimanche 5 novembre, Pascal Bêlé : "Marathon Nice-Cannes terminé 3 h 18'30, j’avais estimé entre 3 h 15 et 3 h 20 contrat rempli , toujours un régal ces arrivées marathon, super week-end sportif familial dans une ville quelque peu luxueuse..." - son copain Jérôme Guyot, content aussi de sa course, a bouclé son marathon en 3h39'27

Dimanche 5 novembre - Foulées de la Mue à Lasson (14) – 12 km – 931 classés dont 338 femmes : 156è Lionel Pasquer 52’02, 614 et 120è femme Annick Pasquer 1h06’55 – c’est leur fille Delphine, licenciée à Endurance 72, qui gagne en femmes en 44’56 (27è au scratch)

Dimanche 5 novembre, 10 km Epiniac (35) – 368 classés dont 89 femmes : 158è Franck Porcher 51’12 ; Franck a également couru la course en couple avec sa femme Delphine, 6 km, 39 couples classés : ils terminent 27è en 37'02.

Samedi 11 novembre, cross international de Montilly-sur-Noireau (61), course juniors-seniors-masters femmes, 3700 m, gagnée par Delphine Pasquer (Endurance 72) en 14’02 ;  94è Ludivine Roussel 21’47


Vendredi 17 novembre, à l’invitation d’Arnaud Velé, entraîneur,  Nicolas Pottier de Fougères, champion de Bretagne espoir 2015 de marche athlétique, a fait découvrir lors e l’entraînement hebdomadaire, aux poussins et éveils athlé les grands axes de cette discipline popularisée par le Français Yoann Diniz, multiple champion du monde

Samedi 18 novembre, foulées de Maurepas, 10 km, 375 classés : 20è Arnaud Velé 36’59 « n’ayant pas fait de 10 km depuis un an, je suis content de m’approcher de mon record qui est de 36’40, sur un parcours à 75% nature et sous-bois ».

Dimanche 19 novembre, 10 km « la boucle du Confluent » à Portet sur Garonne (31-Haute Garonne- 889 classés : 526è Stéphane Ollivrin 52’04

Dimanche 19 novembre, David Hardy gagne le trail des Loges-Marchis (50)  - 16 km – 164 classés dont 22 femmes) - (2è Francis Garnier de Vire), vainqueur  en 1h12’29 "au 6è km, je prends 100 m sur Francis Garnier puis je me perds  je me retrouve 2è avec environ 2' de retard sur Francis, il m'attend (l'esprit trail,  il n'était pas obligé de m'attendre), on se retrouve donc tous les 2. Puis je l'attends dans toutes les côtes, nous arrivons ensemble et je suis déclaré vainqueur. Très bonnes sensations et merci à Francis pour cette belle balade dominicale boueuse😂" ;  3è et 3è master 1 Philippe Muriel, 1h14’24, 9è et 10è Vincent Lepannetier et Jacques Sémeril 1h20’18, 23 Gilles Dubois 1h27’13, 139 Yvan Podevin 1h59’39, 144 Magalie Robidel 2h03’03, 163 Anita Liger 2h18’10

Dimanche 19 novembre, course nature  « Courir pour la Bonne Cause » St-Aubin-du-Cormier, 10,7 km – 288 classés dont 78 femmes : 9è et 2è master 1 Mickaël Jeanne 37’48, 105 Mikaël Gazengel 47’25, 168 Cédric Heslouin 53’20, 249 et 50è F Maryline Mandart 1h02’08, 250 Ludovic James 1h02’09

Dimanche 19 novembre, cross national de Pacé Rennes métropole – cross des as hommes – 9480 m : 55è – 14è master Jérôme Delaunay 39’18 ; benjamins G et F 2570 m : 22è (18è G) Alban Garnier 8’53 ; minimes G et F 2570 m : 25è (23è G) Théo Bêlé ; belle satisfaction pour les entraîneurs Pascal Bêlé, Arnaud Velé et Jérôme Delaunay – le relais cross des tout petits 5x600 m :  l’équipe de GDM : Antoine Ménard, Emilien Velé, Lola Mauchauffée, Nailys Dussaux et Alexis Garnier monte sur la 3è marche du podium avec un temps de 13’37 et le relais cross des poussins-poussines - 5x600 m - termine également sur la 3è marche du podium avec Manon Delaunay, Valentin Velé, Ethan Lechat, Rose Mauchauffée, Ethan Bêlé en 12’16 -

Samedi 11 novembre, les foulées de la Presse de la Manche – 6 km du Cotentin : 2è Tony Orvain 21’42. 11 km de Cherbourg, 31è et 2è master 2 Manu Cerisel 38’45. Lilou Gardon, éveil athlé,  a participé à la course sans classement des mini-pousses sur 1 km.

Samedi 25 novembre, triathlon benjamins-minimes à Cherbourg :  Roger Alix, entraîneur, nous donne un petit bilan : « Jérôme (Delaunay)  et moi pour GDM accompagnés de MM BOUROULT et MAURICE, parents. Dix athlètes benjamins-minimes ont participé à ce premier triathlon de la saison à Cherbourg. Ambiance sympathique et première compétition pour certains athlètes. Résultats plus que satisfaisants puisque que nous finissons avec six premières places et des résultats prometteurs pour nos débutants et les « première année » en minimes. Plaisir , détermination et solidarité étaient présents  entre nos athlètes  qui sont revenus enchantés malgré la distance. Notons les belles perfs  en minimes de Julien POTTIER 1er au poids et 3ème en longueur. En benjamines  de Louanne FLOURIOT : 1ère au poids pour sa première compétition, et que dire des performances de Norah MAURICE qui a dominé toutes ses épreuves avec des performances impressionnantes pour ce début de saison : 1ère : en longueur avec 4,44m, 1ère en 50 m avec 7¨91 et 1ère au 50 mH en 8¨98  terminant  à la 1ère place du triathlon »

Les résultats – benjamines : Louanne Flouriot : 50 m 8’’67, longueur 2m91, poids 2kg 7m42, 53 points 19è du triathlon ; Inès Marie : 50m haies 11’’56, 50 m 9’’18, longueur 2m99, 42 pts 34è ; Norah Maurice : 50 mH 8’’98, 50 m 7’’91, longueur 4m44, 96 pts 1ère ; en minimes filles : 50 m H 10’’60, 50 m 8’’11, poids 3 kg 7m01, 55 pts 26è ; Wendy Fertillet : 1000 m 4’08’’8, poids 5m55 ; Lenoir Cybélia : 50 mH  11’’45, 50 m 8’’33, poids 5m66, 40 pts 36è ; Adèle Portier-Tumoine : 50m 8’’16, longueur 3m78, poids 5m06, 45 pts 32è. Benjamins : Kilian Bouroult : 1000 m 4’45’’4, longueur 2m89, poids 3 kg 3m59, 24 pts 36è. Minimes garçons : Théo Bêlé : 1000 m 3’33’’4, longueur 3m70, poids 4 kg 6m21, 40 pts 34è ; Julien Pottier : 50 m 7’’08, longueur 4m94, poids 10m75, 77 pts 7è.

 Dimanche 26 novembre, 10 km de Chantepie, 1576 classés : 6è et 1er master 2 Emmanuel Cerisel 34’07, 44è Vincent Lepannetier 37’26 (Alain Battais 801è en 50’48)

Dimanche 26 novembre, victoire de Mickaël Jeanne au trail des Picaous, à St-Marc le Blanc, il a couru les 19 km en 1h27’33 (l’an dernier il était arrivé 2è avec Mickaël Perrigault) – sur le 10.5 km, Gilles Dubois se classe 15è avec un temps de 44’23

Cross St-Marc le Blanc, course masters hommes – 6650 m : victoire de David Hardy en 24’, 24 Jérôme Delaunay 28’04, 34 Pascal Bêlé 29’09. Course espoirs-seniors hommes – 8350 m : victoire de Guillaume Bonnard en 30’20, 17è Arnaud Velé 34’18. Course minimes – 3250 m : 9è Théo Bêlé  14’11 (hier samedi, Théo a fait le triathlon à Cherbourg ). Course poussins – 850 m : 2è Ethan Bêlé 3’16. Course poussines – 850 m : 8è Manon Delaunay 3’50

Dimanche 26 novembre, foulées st-loises – course hommes 8.8 km – 218 classés : 5è Tony Orvain 28’35, 117 Stéphane Cotillard 37’14. Course femmes, 4,5 km – 69 classées : 27è Maryline Cotillard 22’52.

Dimanche 26 novembre, vétathlon de St-Samson-de-Bonfossé, en duo ou en solo -  7 km à pied et 21 km à VTT. Le duo avec  Jean-François Pain qui a couru les 7 km en 36’56 et Franck Boudet (du TC Val) qui a couru les 21 km à VTT en 56’27, se classe 18è sur 47 duos classés. Au général ils sont 31è sur 135.

 VETHATLON la SAMSONNAISE à St  avec Franck BOUDET du TC VAL, j’ai fait la partie CAP, nous terminons 31/135 au scratch et 18/47 en duo masculin.


 Dimanche 3 décembre, grand ménestrail, Moncontour (22) - 54 km, 2000 m D+ : 249è Joël Lelièvre 7h04'44, 580 et 581è Jean-Louis Brault et Jean-Michel Pigeon 8h26'45''-46'' - Jean-Michel après son grand ménestrail : « Quelle galère !! Je n’avais pas pu courir pendant 3 semaines avant ce trail réputé hyper costaud à cause de ma blessure à la cuisse – elle s’est bien rappelée à moi pendant les 2 premières heures où j’ai couru avec Joël jusqu’au 18è km. Comme il se sentait bien il est parti devant… Malgré tout, ça a tenu en faisant bien attention à ne pas trop allonger la foulée - au dernier ravitaillement au 44è, je me suis arrêté 20’, j’en avais trop marre musculairement avec la boue qui fait trop mal et c’est là que Jean-Louis m’a rattrapé. Je ne voulais plus avancer… Jean-Louis m’a houspillé et on est repartis pour les derniers 10 km pour finir ensemble. Merci copain Jean-Louis. Je suis inscrit à l’endurance trail des Corsaires à St-Malo – 107 km, le 23 février prochain avec Jean-Louis et Pascal (Bêlé), j’espère que je vais pouvoir m’entraîner comme il faut pour ne pas galérer comme ça »

 Championnat de Normandie de cross court à L'Aigle (61) - 4060 m : 14è Guillaume Bonnard, 11’33,  "enfin un réel test avec les meilleurs de la région, comme à mon habitude je remonte petit à petit aux alentours de la 35ème place au premier tour pour finir 13ème à quelques petites secondes d’un top 10. La forme monte petit à petit il reste encore bcp de travail !. Toujours du plaisir à faire les cross, l'école de la course à pied, de l'athlé"

 Les 2 et 3 décembre, au domaine de Trémelin, à Iffendic (35), le rassemblement hivernal habituel d'entraînement de cross a eu encore un grand succès avec une quarantaine de participants. Ce week-end a permis de se retrouver avec coureurs et familles et de faire se rencontrer certains adhérents qui ne se voient pas forcément souvent. 


 

 Samedi 9 décembre, foulées du Roc, Louvigné du Désert : 10 km – 927 classés dont 233 femmes : 4è et 2è senior Guillaume Bonnard 32’49, 5è et 3è S Tony Orvain 33’02, 6è et 2è master 1 David Hardy 33’07, 11è et 1er master 2 Emmanuel Cerisel 34’04, (38 David Talneau 36’45), 44 Vincent Avenel 36’52, 55 Vincent lepannetier 37’34, 63 Jérôme Delaunay 37’53, 67 Jacques Sémeril 38’01, 103 Gilles Dubois 39’33, 133 Nico Boismartel 40’26, 141 Pascal Bêlé 40’34, 147 Olivier Millet 40’41 (nouveau record), 158 Mathieu Guérault 40’54, 190 Pierre Gautier 41’51, 198 Christophe Le Gall 42’02, 206 (Albert Vallée 42’14), 231 Jérôme Mazurais 42’54, 242 Alain Mazier 43’05, 284 Jérôme Leduc 44’06, 307 Mikaël Gazengel 44’46, 326 et 327 et 1ère espoir Laure Triguel 45’08 avec son papa Laurent même temps, 355 et 2è master 2 Catherine Desaintjores 45’40, 393 Romain Leroux 46’44, 394 Philippe Mahieu 46’49, 410 Carole Hézeau 47’08, 416 Vincent Gratien 47’21, 436 Anne Martineau 47’43, 501 Yvan Podevin 49’03, 522 Cédric Heslouin 49’27, 584 Anaëlle Philippeaux 50’44, 642 et 643 Rémi Dubois et Martine Lefeuvre 52’19, 668 Ahmed Addoubiani 53’02, 682 Anita Liger 53’24, 692 David Le Digarcher 53’39 (David, avec sa douleur récurrente à l’ischio, a rejoint l’arrivée difficilement, et à cloche pied sur la 2è partie du parcours), 707 Magalie Robidel 54’07, 732 Marie-Laure Tesnière 55’06, 739 Angélique Gautier 55’14, 740 Hervé Besnard 55’18, 767 Inma Graells-Contreras 56’24, 776 Maurice Leduc 56’50, 781 Claire Bodin 57’04, 855 Ludovic James 59’51, 879 Maryline Mandart 1h01’12, 917 Mireille Verdier 1h06’48.

5 km – 246 classés dont 117 femmes : 6è et 2è senior Arnaud Velé 17’28, 16è et 3è minime Baptiste Hamard 18’24, 54è, 2è senior et 3è femme Nolwenn Caraes 21’ accompagnée de Mickaël Perrigault 55è, 56 et 57è Noa Pinçon avec son papa Mickaël 21’08, 74è et 1è cadette Lola Mahieu 22’13, 101 et 2è junior Eva Mazier 24’22, 143 et 2è master 3 Jakotte Guyot 28’, 176 Lydie Brion 30’18, 192 Gwendolyne Charuel 31’10, 194 Alyssa Sébire 31’12, 207 et 208 Amandine Carré et Aurélie Lecoeur 32’12, 234 Célia Fréard 37’02

Poussins – 950 m – 49 classés dont 25 filles : 9è Maxime Morel 3’53, 15è et 16è – (3è et 4è filles) Manon Delaunay et Rose Mauchauffée 3’58, 19è et 11è garçon Valentin Velé 4’01, 23è et 14è G Alexis Guillemain 4’05, 30è et 21è G Alexandre Battais 4’15, 32è et 8è F Candice Lechat 4’17

Benjamins – 1300 m – 28 classés dont 15 filles : 4è Alban Garnier 4’53, 24è et 11è G Kilian Bouroult 6’33

Course éveils athlé– 650 m : C’est Alexis Garnier qui a gagné, (pas de classement parvenu) ils ont participé en donnant le meilleur d’eux mêmes : Noë Boismartel, Luce Cousin, Raphaël Delaunay, Romane et Célia Dubois, Elena et Raphaël Guillemain, Lola Mauchauffée, Antoine Ménard, Jules et Léa Podevin, Renato Roccasalva, Maxence Tiffaine, Emilien Velé

Dimanche 10 décembre, cross de Liffré – 7.6 km : seniors-espoirs hommes : 9è Tony Orvain 28’53 « WE riche en courses à défaut d'être riche en résultats... 5è sur les 10km du Roc samedi et 9è au cross de Liffré dimanche pour renouer avec la boue » .Course masters hommes, 7.6 km : 74è Pascal Bêlé 34’32 (Pascal avait aussi couru à Louvigné la veille)

 


Samedi 16 décembre, cross de Mortain, poussines, 1200 m : 4è Manon Delaunay 6’39 ; course espoirs, seniors, masters – 8300 m : 19è et 9è master Jérôme Delaunay 40’24 ; 20è et 9è senior Benjamin Hue 40’26

Dimanche 17 décembre, foulées du Père Noël à St-Brice en Coglès – 5.4 km – 159 classés dont 66 femmes : 7è Vincent Avenel 18’53, 9è Vincent Lepannetier 19’21, 15è et 2è cadet Baptiste Hamard 20’22, 48è, 5è femme et 1è senior Nolwenn Caraes 23’06, 51-52è Théo et Pascal Bêlé 23’16, 90è, 17è Fet 1è junior Eva Mazier 26’37, 96 et 20è F Anita Liger 27’33, 142 et 53è F Christine Hayoit 33’40

10 km – 418 classés dont 69 femmes : 8è et 1er master 1 Philippe Muriel 34’35 (nouveau record) ; 10è Mickaël Perrigault 34’39, 20è Mickaël Jeanne 35’59, 23 Arnaud Velé 36’19 (nouveau record), 32 David Talneau 36’50, 47 Jérôme Delaunay 37’55 (Jérôme avait fait le cross de Mortain la veille et n’avait pas trop les jambes lourdes, car il fait à 2 secondes près le même temps qu’à Louvigné la semaine dernière), 65è et 1ère femme Réjane Lecamus 38’50 « contente de mon chrono car c’est difficile côté entraînement pour le moment. Pour la 1ère fois sur un 10 km, je n’ai jamais regardé ma montre… pas envie de me prendre la tête ; ça fait du bien la compétition ! Maintenant place aux cross » ; 104 Christophe Le Gall 40’30, 124 Albert Vallée 41’11, 164 Alain Mazier 42’39, 190 Jérôme Leduc 43’55 (nouveau record), 199Jérôme Mazurais 44’08, 211 Joël Lelièvre 44’37, 232, 9è F et 2è master 2 Catherine Desaintjores 45’28, 235 Jean-François Pain 45’41, 262 Jean-Louis Brault 46’56, 293 Franck Porcher 48’44, 295 Yvan Podevin 48’50, 396 et 53è F Inma Graells-Contreras 57’11

Course enfants - pas de classement : Ethan Bêlé gagne la course des poussins -1000 m – une cinquantaine de participants -  dont : Manon Delaunay, Carla Maurice, Alexandre Battais et Valentin Velé. En éveils athlé – 500 m, course gagnée par Alexis Garnier de GDM : Dido et Diwan Le Digarcher, Emilien Velé, Romane et Célia Gilles. En benjamins- 1200 m : Alban Garnier, Mathéo Hamard et Norah Maurice (2è fille)


Collège le Clos Tardif : Roger (Alix), prof d’EPS en retraite ? pas pour GDM !

 Vendredi 22 décembre, toute une journée à l’image de la vie même,  faite de rires et de pleurs,  au collège le Clos Tardif où tous les profs avaient revêtu pour l’accueillir pour sa dernière  à 8 h, la tenue de travail de celui qui s’en va… le survêt ! Il y eut,  sur la musique de Rocky, une haie d’honneur des élèves longue de 200 m qu’il dut traverser accompagné de sa collègue d’EPS  Anne-Laure, à la manœuvre de cette journée , des matches inter-classes et profs-élèves « je ne pensais pas qu’en créant cette journée inter-classes et matches profs-élèves il y a plus de 20 ans, elle servirait de support pour me rendre hommage », puis moment très fort aussi l’apparition des jeunes sapeurs-pompiers (JSP) en tenue et au pas, Roger étant à l’origine de la création de cette section ; il y eut aussi des discours d’élèves (étaient présents également plus d’une cinquantaine d’anciens élèves partis au lycée, en fac… des parents aussi). Puis la cérémonie  d’ « adieux »,  avec  morceaux de musique interprétés par des élèves, les profs qui chantèrent à Roger un beau texte et lui firent une chorégraphie très drôle  des classes de neige pour lesquelles il s’investissait là aussi beaucoup, et pour terminer le discours du principal Olivier Millet et de Roger. Journée inoubliable pour le nouveau retraité bien sûr mais aussi pour sa famille et tous ses amis, ceux du sport en général, mais aussi ceux de l’école laïque car il fut assurément l’archétype de ces profs de gym qui non seulement diffusaient la culture du sport là où ils étaient nommés, mais irradiaient véritablement autour d’eux dans le sport associatif.

Handball, tennis, athlétisme étaient les principales couleurs de la vaste palette de cet enseignant multisports et multi talents car il prise également l’aquarelle, la musique… Il fut également un long moment un élu local à Pontorson

Ses amis de GDM St-James qu’il a rejoints voici  3 ans pour l’entraînement d’athlétisme des jeunes, étaient bien sûr présents aux côtés de celui qui, retrouvera avec plaisir ceux qu’il peut appeler « ses enfants » chaque vendredi soir.

Bonne retraite à toi ami Roger, les jours et les ans passeront sur toi sans t’atteindre vraiment, toute la passion de la jeunesse et du sport qui t’anime, te tient au corps et au cœur. Tu auras plus de temps encore à donner pour tout ce que fut ta vie pleine et entière. L’aventure continue…


 Pour un club d’athlé, les départementaux de cross sont un rendez-vous incontournable qui donne un peu la larme à l’œil à tous les anciens car on y retrouve la brume hivernale, l’odeur des saucisses, du vin chaud, les cris des enfants qui épinglent leur premier dossard, celui qu’ils n’oublieront de toute leur vie… GDM St-James, qui prise beaucoup ces moments forts, s’est déplacé en nombre à Torigni les Villes dimanche 14 janvier, regardant d’un œil attentif les performances attendues de ses coureurs  et entre autres  celles des féminines, où pour sa première sous le maillot bleu, Hélène Repessé (photo)  de retour de maternité, a comme elle l’a dit elle-même à l’issue de sa belle 9è place « … des sensations et le plaisir de retrouver la course et son ambiance ».

Tout comme Jean-Luc Hézeau, président de GDM, Rémi Dubois, entraîneur, était heureux des résultats, son commentaire : «  pronostics pas si mauvais !!! Podium équipe masters H, et 2ème équipe masters dans les 10 premières comme prévu ; podium en seniors H, dommage pour les filles par équipe mais le niveau semble plus relevé que d'habitude ; Baptiste en cadets mieux encore que prévu ; Réjane conforme aux prévisions ; David 4ème au lieu de 3ème mais très haut niveau de la course ; Top pour Tony (comme prévu) et mention TB pour Hélène ; dommage pour Guillaume qui me semblait  "au top" samedi dernier, mais c'est peut-être trop tôt ?

 

Mention pour Ethan et Manon et Lola (comme prévu, merci de ne pas m'avoir fait mentir) -Manon, tu dois voir Lola pour t'expliquer la tactique de course !!!!

 

Je pense que ce championnat est un des plus prolifiques compte tenu de la densité -

A priori il  n'y a jamais eu autant de coureurs dans les courses élites-masters et poussins-poussines notamment

Tant mieux, le cross, c'est la base de la course à pied !

Je suis super content des résultats et j'aurais bien aimé être là si je n'avais eu des obligations familiales (anniversaire de mon petit-fils! reporté!)

 

 Et vivement le régional ! Pour jeudi prochain :  300-500-800-1000 à faire 2 fois.  Je serai là ! »

 

Les résultats : en jeunes – poussines – 1000 m : 2è Manon Delaunay, 15è Cara Maurice, 35 Abigaël Bouroult, 43 Norah Marie ; poussins – 1000 m : 2è Ethan Bêlé, 18è Maxime Morel, 29è Valentin Velé ; benjamins – 2320 m : 15è Alban Garnier 10’02, Kilian Bouroult ; benjamines – 2320 m : 8è Emeline Launay 10’27, 20è Norah Maurice 11’22, 50è Inès Marie ; minimes filles – 2320 m : 36è Wendy Fertillet ; minimes garçons – 3110 m : 22è Théo Bêlé 13’15 ; cadettes – 3310 m : 6è Lola Mahieu 13’49 ; juniors filles – 3710 m : 8è Eva Mazier 18’20 ; cadets 3710 m - 3è Baptiste Hamard 13’16 ; les plus jeunes – éveils athlé – participaient à un kid cross de 500 m en relais par équipe de 3 – ils avaient un lancer à faire aussi : Alexis Garnier, Emilien Velé, Enzo Desjardins et Renato Roccasalva ; élites femmes – 6490 m (Gdm 4è par équipe – 4 coureurs) : 6è et 2è master Réjane Lecamus 26’33, 8è et 5è senior Hélène Repessé 26’52, 23è et 14è S Nolwenn Caraes 30’05, 29è et 8è M Catherine Desaintjores 31’02 , 30è et 9è M Anne Martineau 31’30, 55è et 29è S Magalie Robidel 38’06, 57è et 24è M Inma Graells Contreras ; élites hommes – 8490 m avec la 2è marche sur le podium pour les 4 premiers masters et la 3è pour les seniors : 3è et 2è senior Tony Orvain 29’09, 10è et 4è master David Hardy 30’18 ; 16è et 9è S Guillaume Bonnard 30’38, 22è et 9è M Manu Cerisel 31’05, 33è et 13è M Philippe Muriel 31’44, 39è et 24è S Mickaël Perrigault 32’14, 45è et 15è M Mickaël Jeanne 32’28, 57è et 35è S Arnaud Velé 33’17, 66è et 25è M David Talneau 33’39, 71è et 42è S Vincent Lepannetier 33’55, 76 et 46è S Vincent Avenel 34’17, 84è et 32è M Jérôme Delaunay 34’42, 90è et 35è M Jacques Sémeril 34’53, 99è et 58è S Mathieu Guérault 35’11, 107è et  77è S Benjamin Hue 35’48, 118è et 88è S Gilles Dubois 36’43, 135è et 56 M David Le Digarcher 37’40, 144 et 64è M Pascal Bêlé 38’10, 154è et 72è M Christophe Le Gall 39’03, 166 et 82è M Olivier Millet 39’54

challenge courir en manche 2017


Dimanche 21 janvier, 10 km de St-Grégoire (35) - 1648 classés (course très relevée gagnée en 29'39) : Emmanuel Cerisel se classe 1er master 2 (sur 302) (30è au  scratch) en 33'50 "je suis content, ça fait 3 10 km où je suis dans les 34', là je passe dessous sur un parcours pas si roulant que ça avec du chemin glissant, 2 bonnes côtes, par contre les 2 premiers km sont hyper rapides, je passe le 1er en 3'06 !, C'est de bon augure pour la suite, je pense aux championnats de cross, par équipe masters on pourrait avoir un coup à jouer !" ; 107è Vincent Lepannetier 36'56 (nouveau record perso !), 356è Pascal Bêlé 41'45 -

Samedi 20 janvier, Mickaël Jeanne gagne le cross de Bazouges-la-Pérouse, catégorie masters - 6890 m en 28'30, avec 40'' d'avance sur le second «terrain très mouillé, beaucoup de vent de face, j'ai eu de bonnes sensations même si j'ai fait 100 km cette semaine, je suis content». Christophe Le Gall termine 7è en masters 2.


Samedi 27 janvier, pour ce 2è triathlon en salle qui avait lieu à Granville, GDM St-James avait beaucoup d’absents en raison des classes de neige ou de l’examen jeune sapeur-pompier. Les résultats – en benjamins -  Killian Bouroult : 50 m 8’’73, 1000 m 4’03’’08, poids 3 kg 4m85 ; Tristan Delion : 50 m 8’’89, poids 6m68 (4è) ; en minimes -Théo Bêlé : 50 m 8’’01, 1000 m 3’43’’3, poids 4 km 6m37, 37è du triathlon avec 40 points ; Julien Pottier : 50 m 7’’09, hauteur 1m40, poids 1er avec 10m49, 5è du triathlon 78 points

Dimanche 28 janvier, trail du clocher Tors à Québriac (35) – 32 km – 500m D+, 276 classés dont 33 femmes : 3è et 2è master 1 Mickaël Jeanne 2h25’54 ; 55è Pascal Bêlé 2h58’33 « ça fait 20 ans que je cours et je n’ai jamais vu autant de boue ! -  belle course  - belle ambiance !! »

Dimanche 28 janvier, de  jeunes athlètes de GDM (qui font partie de la section jeunes sapeurs-pompiers du collège le Clos Tardif), ont participé au championnat de la Manche de cross des pompiers à Périers, ils étaient accompagnés de Roger Alix – leurs résultats :  en benjamines : Emeline Launay 1ère  et Norah Maurice 4è ; en minimes flles : Wendy Fertillet 3è, Enora Desloges 20è et Cybélia Lenoir 21è ; en minimes garçons : Julien Pottier 35è


Réjane Lecamus championne de Normandie master de cross

15 qualifiés pour les ½ finales du championnat de France

Dimanche 4 février, beau déplacement au long cours au Mesnil-sous-Jumièges, près de Rouen, pour les championnats de Normandie de cross-country puisque GDM St-James est revenu avec un titre de championne pour Réjane Lecamus et 15 qualifiés pour les demi finales du championnat de France qui auront lieu à Cohiniac (22) le 18 février prochain – déception pour l’équipe seniors hommes qui rate à une place près la qualification – et Mickaël Perrigault en senior ratant d’un souffle la qualif puisqu’il arrive dans le même temps que le dernier qualifié (Matthieu Chappé, le président du club de Pontorson) – Déception aussi pour le spectacle de la course hommes puisque Mahiedine Mekhissi (du club de Sotteville lès Rouen), triple médaillé olympique sur 3000 m steeple, a bien pris le départ de la course mais peu en jambes il a très vite abandonné.

Les résultats : cadettes 3535 m : 26è Lola Mahieu 15’16 qualifiée ; juniors filles 4770 m : 35è Eva Mazier 23’30 q ; élites femmes (espoirs, seniors et masters) 7650 m : 10è senior Hélène Repessé 30’51 q, 12è et 1è master Réjane Lecamus 31’02 q, 59è et 1è master 2 Catherine Desaintjores 35’04 q, 67è et 37è S Nolwenn Caraes 35’20 q, 88è et 22è master 1 Anne Martineau 36’47 q, belle 4è place des filles par équipe ; minimes garçons 3535 m : 96 Théo Bêlé 15’57 ; cadets 4770 m : 64 Baptiste Hamard 18’01 q, élites hommes (espoirs-seniors) 9050 m : 12è Tony Orvain 30’15 q, 128 Mickaël Perrigault 34’27, 133 Arnaud Velé 34’40, 138 Vincent Avenel 34’51, 150 Vincent Lepannetier 35’07 ; masters hommes – 9050 m : 11è David Hardy 31’39 q, 17 Emmanuel Cerisel 32’20 q, 28 Philippe Muriel 33’03 q, 96 Mickaël Jeanne 36’02 q (grippé, Mickaël a tout de même fait courageusement la course), 116 Jacques Sémeril 36’43 q, 131 Jérôme Delaunay 37’05 q – GDM 7è par équipe  (David Talneau stoppé net vers le 7è km, claquage à l’ischio).


5 titres de champions de la Manche pour les benjamins-minimes à Mondeville

 Dimanche 11 février,  Roger Alix emmenait les benjamins et minimes aux championnats de la Manche en salle à Mondeville : « bilan très satisfaisant  puisque que nous rentrons avec 5 titres départementaux , 2 places de 4ème, une de 5ème, une de 6ème. Les couleurs de GDM ont été remarquées.Outre les bons résultats je tiens à souligner l''attitude responsable et la solidarité de nos athlètes. Margaux (Vallée)  benjamine et nouvelle adhérente est venue pour voir ainsi que Carla, la soeur de Norah,  que j'ai responsabilisées en leur  demandant de prendre des photos de nos athlètes. Bel exercice pour accumuler de la confiance, étant jury je leur apprends à s'autogérer et ils le font très bien sans oublier la notion de plaisir qui favorise la motivation. Gérer les horaires, les échauffements, la concentration ...etc  tout en étant déterminé, autant de savoir-faire qui font de l'athlétisme une véritable école de la vie. Et puis comme le disait un grand philosophe ( Roger ALIX) la responsabilité crée la Liberté, être acteur de sa construction c'est être responsable de son bonheur. Les résultats:

Norah Maurice, benjamine : trois titres : longueur, 50M et 50H ; Louanne Flouriot, benjamine : 1 ère au poids ; Tristan Delion, benjamin : 4ème de sa série au 50M et 6ème au poids ;

Julien Pottier : 1er au poids, 7ème en longueur et 1er de sa série au 50M ; Enora Desloges, minime : 5ème au poids, 5ème de sa série au 50M et 1ère de sa série au 50MH ; Cybélia Lenoir : 4ème en hauteur et 2ème de sa série au 50M ; Killian Bouroult, benjamin : 21ème au poids, 1er de sa série au 50M et 8ème au poids. Emeline et Adèle , malades, n'ont pas fait le déplacement ».

Les résultats : benjamines : Louanne Flouriot championne de la Manche au poids 2 kg avec 7m50 ; Norah Maurice : 3 titres de championne de la Manche au 50 m en 7’’72, au 50 m haies 8’’90 et à la longueur  4m27 – elle est également 1ère du triathlon avec 98 points ; en minimes : Enora Desloges 50 m 8’’21, 50m H 9’’69, poids 3 kg 6m88, 23 è du triathlon 57 pts ;  Cybélia Lenoir 50 m 8’’66, hauteur 1m28 ; benjamins : Kilian Bouroult : 50 m 8’’63, longueur 3m51, poids 3 kg 4m59, 19è du triathlon 45 pts ; Tristan Delion : 50 m 8’’75, poids 6m71 ; Julien Pottier champion de la Manche au poids (4kg) 10m72, 50 m 6’’98, longueur 4m72

 Dimanche 11 février, trail du Glazig (22), 54 km – 769 classés : 266 Joël lelièvre 6h09’56, 546 Olivier Millet 7h03’07 « C’était beau, mais c’était dur ! belle perf de Joël ! Parcours durci par rapport à l’année dernière » ; 668 Jean-Louis Brault 7h39’21 (Jean-Louis sera au départ de l’endurance trail des corsaires à St-Malo le 24 février prochain avec Pascal Bêlé, Mickaël jeanne et Jean-Michel Pigeon)


 

 

Dimanche 18 février, ½ finales du championnat de France de cross à Cohiniac (22) – masters hommes, 10130 m : 26è David Hardy 37’38 qualifié pour le championnat de France le 11 mars à Plouay (56), 33è Manu Cerisel 37’47 qualifié, 74è Philippe Muriel 38’54, 214 Jacques Sémeril 42’18, 248 Jérôme Delaunay 43’24 – GDM 15è par équipe

Cadettes – 4130 m : 88è Lola Mahieu 18’35

Juniors femmes – 5130 m : 116è Eva Mazier 28’38

Cross court hommes – 4130 m : 44è et 35è senior Guillaume Bonnard 13’57

Course élites femmes (espoirs, seniors et masters) – 7730 m : 35è et 24è senior Hélène Repessé 33’35 qualifiée ; 53è et 15è master Réjane Lecamus 34’24 qualifiée ; 154è et 81è senior Nolwenn Caraes 38’37, 164 et 58è master Catherine Desaintjores 38’54 ; 194 et 77è master Anne Martineau 41’02 – GDM 12è par équipe

Course élites hommes – 10130 m : 30è Tony Orvain 37’04 se qualifie pour le championnat de France

10 km de Cuguen (35) – 453 classés dont 106 femmes : 23è Arnaud Velé 37’11, 57 Gilles Dubois 39’22, 74 Nicolas Boismartel 40’26, 136 Mickaël Pinçon 43’29, 141 Stéphane Cotillard 43’41, 154 Mikaël Gazengel 44’21, 231 Franck Porcher 47’26, 255 et 20è femme Anne Le Page 49’07, 257 et 22è femme Maryline Cotillard 49’18, 278 Cédric Heslouin 50’15, 282 Philippe Thuault 50’25, 332 et 43è femme Patricia Lebon 52’51, 333 Loïc lebon 52’54, 361 et 54è femme Annick Pasquer 54’47, 401 et 76è femme Inma Graells Contreras 57’27, 404 Hervé Besnard 57’39.

5 km de Cuguen – 43 classés dont 14 femmes : 24è et 2è master 3 Jean-Luc Hézeau 28’41 ; 30è, 4è femme et 1è master 2 Florence Deguette 30’58 ; 33è et 6è femme Sabrina Guillemain 31’21 ; 34è Pascal Thébault 31’22.

Après le 1er triathlon benjamins-minimes de Cherbourg , le 2ème de Granville , les Championnats de la Manche d'Epreuves Combinées à Mondeville , les départementaux benjamins minimes à Mondeville (épreuves organisées par le Comité de la Manche), le classement des meilleurs triathlons a été établi et 8 athlètes sont retenus par catégorie pour disputer les intercomités. Norah Maurice, de GDM St-James, 1ère de la catégorie benjamines avec 98 points est donc sélectionnée dans l’équipe de la manche.  La compétition a lieu le dimanche 11 mars prochain à Mondeville. Elle opposera la Manche , au Calvados , à l'Orne , l'Eure et la Seine-Maritime. (Julien Pottier, GDM, en minimes, est sur liste complémentaire)

 

Vendredi 23 février, intrailmuros St-Malo, 12 km – 2481 classés dont 1146 femmes : 267è Pascal Bêlé 1h02’43, 2007è et 683è femme Carole Hézeau 1h27’39, 2011 Nicolas Hézeau 1h27’40

Samedi 24 février, Endu'rance trail de St-Malo 107 km – 1734 m D+ - 349 coureurs au départ à 5 h dont 22 femmes, 281 classés à l’arrivée dont 18 femmes : Pascal Bêlé finisher, 35è, 12h38'45 : "35eme sur 349 au départ pour 107 km, je suis content !!!!! Par contre glacial » ; Jean-Michel Pigeon et Jean-Louis Brault finishers - Jean-Michel qui ne pensait vraiment pas aller au bout, vu le peu d'entraînement qu'il avait pu faire en raison d'une blessure récurrente "je vais prendre le départ et si je fais 40 km, ça sera bien… : l'a fait au courage et finit 231è en 16h49'09 … « une fois le départ pris,  je ne pensais vraiment pas aller au-delà du 60ème. Faut pas croire j’en ai bavé, je pense que ce qui m’a permis de faire ma course, c’est ma fraîcheur finalement, il est vrai que c’était un parcours pour moi, bien entraîné j’aurais certainement fait une belle course. Merci beaucoup aux supporters, à ceux qui étaient sur le parcours pour nous soutenir : Mickaël, Joël, Désiré » ; Jean-Louis, pas loin derrière, termine 242è en 17h00'29 ; Mickaël Jeanne a pris la sage décision d'arrêter au 42è km, malade depuis les régionaux de cross du 4 février "j'ai voulu prendre le départ mais je n'avais pas de jambes, aucun plaisir à courir, ça fait presque un mois que je n'avais pas couru, je savais bien que ça serait très compliqué voire impossible pour moi de finir ce 107 km, j'ai donc préféré arrêter au 42è, ça me fait un entraînement. Le championnat de France de 100 km à Belvès c'est le 21 avril prochain, il faut que j'y sois en forme !"

Dimanche 25 février, 15 km Thorigné-Fouillard – 496 classés dont 98 femmes : 388è Alain Battais, 1h22’


 

 

Dimanche 11 mars, intercomités de Normandie benjamins-minimes – Roger Alix, très heureux et fier des résultats de son élève, Norah Maurice, sélectionnée en équipe de la Manche benjamines pour cette compétition qui opposait donc les équipes de la Manche, du Calvados, de l’Eure, de l’Orne et de la Seine-Maritime : « Norah bat tous ses records : 7’’63 au 50 m (6è) ; 8’’77 au 50 m haies (2è) et 4m49 à la longueur (1ère), elle termine 2è du triathlon benjamines avec 103 points (la 1ère totalisant 104 pts, et la 3è 102) – c’est superbe,  là elle doit être dans les 15 meilleures Françaises du moment »

Dimanche 11 mars, 10 km de Blagnac (Haute-Garonne) – Stéphane Ollivrin 51’55

Samedi 10 mars, trail des Collines Normandes, 25 km – 600 m D+ - 128 classés : 35è Nicolas Boismartel 2h29’10

 

Dimanche 11 mars, championnat de France de cross à Plouay (56)  – course masters – 10010 m : 80è David Hardy 36’20  «beau parcours devenu glissant avec la pluie diluvienne pendant ma course. J'avais de bonnes sensations malgré mes 28 km courus jeudi 😁 (David prépare le championnat de France de 100 km le 21 avril). Merci aux supporters d'être venus et les petits messages d'encouragement».

Course élites femmes (espoirs, seniors et masters) – 9010 m – 74è Hélène Répessé 41’03

Course élites hommes (espoirs, seniors) 10010 m – dernière course de ce championnat de France après celle des femmes, le terrain n’était que boue sur une bonne partie du parcours, rendant la course particulièrement difficile, du vrai cross ! : 122è Tony Orvain 37’57

 

Samedi 10 mars, championnat de France de cross à Plouay (56) – course masters 2 – 10010 m :  5è Emmanuel Cerisel 36’42 - (quand on se souvient des graves problèmes de santé que Manu a eus en 2016 - on ne peut qu'être admiratif devant un tel résultat - il lui a fallu s'entraîner dur pour retrouver un tel niveau !) «Bon la saison de cross est bien finie, 5eme : c'est vraiment un résultat super qui me ravit. Le sport que j'aime et que je pratique depuis des années m'a fait encore rêvé de podiums, de bagarres, dans un esprit comme je l'ai toujours pratiqué. Aller de l'avant, ne jamais baisser les bras et prendre du plaisir. Voilà maintenant place à la récup.
Mon objectif prochain : 10000 m France masters à Pacé près de Rennes le 14 avril»

 

Dimanche 4 mars, Résultats 10 km d'Avranches dimanche 4 mars - 372 classés dont 75 femmes : 3e et 2e senior Tony Orvain 32'16 ; 19 et 1er master 2 Manu Cerisel 33'51 ; 20 David Hardy 34'04 ; 31 Mickaël Perrigault 35'03 ; 47 Vincent Avenel 36'55 ; 91e 4e femme et senior Hélène Repesse 39'49 ; 167 Jérôme Leduc 44'09, 169 Mikaël Gazengel 44' ; 175 et 11e F Nolwenn Caraes 44'38, 199 Jean-François Pain 46', 200 Romain Leroux 46'02, 293 Cédric Heslouin 52'08.

résultats des courses jeunes dans le cadre des 10 km d'Avranches - benjamins, minimes et cadets - 2660 m : Alban Garnier 6e et 1er benjamin 11'03, 8e et 1e cadette Lola Mahieu 11'08 ; poussins - 1330 m : 4e et 1e poussine Eloise Gesmier 6'14 ; Alexis Garnier gagne facilement en éveil 

Samedi 3 mars, semi marathon de St-Gilles - 740 classés : 37 Vincent Lepannetier 1h25'18, 607 Alain Battais 2h02'09


 2  Championnes de Normandie à GDM St-James

 Dimanche 18 mars, championnat de Normandie en salle benjamins-minimes – Roger Alix  nous donne les résultats de ses athlètes emmenés par Odette Caraes et Nicolas Maurice à Val de Reuil : « Louane Flouriot, benjamine,  8m23 au poids, elle améliore sa perf de 73 cm par rapport aux départementaux et finit 9è. C’est très bien pour une première année à GDM. Julien Pottier, minime, sur la 2è marche du podium en poids avec 12,33 m. Il arrive enfin à gérer son stress. Norah Maurice, benjamine, bat encore une fois tous ses records : 50 m 7’’60 finissant 6è ; au 50 m haies : 8’’63 en série, 2è meilleur temps de la compétition mais elle réalise 7’’70 en finale la plaçant sur la 3è marche du podium. Et la cerise sur le gâteau – 4,56m en longueur et la 1ère place. Belle journée pour GDM : 3 podiums dont un titre de la Normandie réunie Haute et Basse, réunissant les 5 départements : Manche, Calvados, Orne, Eure et Seine-Maritime. Quant à son triathlon, Norah passe de 103 à 108 points. C’est fabuleux ! (en attente du classement) ».

Championnat de Normandie de Semi-marathon à Bayeux – 528 classés dont 79 femmes – 43è Mickaël Perrigault (qui avait couru le 10 km de Ducey le matin) 1h22’24, 185è, 9è femme, 1ère master 2 Catherine Desaintjores 1h37’16 – (on savait Catherine en forme puisqu’elle avait fini 1ère master 2 au championnat de Normandie de cross le 4 février dernier, elle confirme en montant sur la 1ère marche du podium masters 2 à Bayeux),

En préparation du championnat de France de 100 km le 21 avril prochain à Belvès, David Hardy avait fait 50 km (et 730m) d'entraînement la veille (en 3h35'27 - 14km/h) - cela n'a pas empêché David Hardy de gagner le 10 km de Ducey ce dimanche 18 mars, en 33'20 (son meilleur temps sur 10 km est à 33'04 !) - "Courir sans pression, voilà le résultat. Très bonnes sensations malgré ma grosse semaine - 200 km - je voulais faire plaisir à mon président Jean-Luc et à mon entraîneur  - ; 7è Philippe Muriel 34’47, 9è Mickaël Perrigault 35’06, 11è Vincent Avenel 36’07, 52 Lionel Pasquer 41’41, 54 Mickaël Gazengel 41’44, 57 Olivier Millet 41’49, 65 Jérôme Leduc 42’34, 72 Mickaël Pinçon 43’30, 74 Joël Lelièvre 44’02, 100, 3è senior F Carole Hézeau 45’43, 102 Jean-Michel Pigeon 45’47, 103 et 3è cadet Corentin Esnoult 45’54, 107 Philippe Mahieu 46’18, 114 et 2è master 1 Anne Martineau 46’46, 117 Romain Leroux 47’04, 121 Yvan Podevin 47’31, 123 Franck Porcher 47’38, 154 Cédric Heslouin 49’30, 168 Anne Le Page 51’16,  176 Patricia Lebon 52’17, 177 Loïc Lebon 52’18, 182 Corentin Bouvier 52’42, 183 Annick Pasquer 52’53, 188 Marie-Laure Tesnière 54’14, 194 Nicolas Boismartel 54’45, 199 Anita Liger 55’05, 223 Florence Deguette 1h02’36, 224 Hervé Besnard 1h02’37.

Courses jeunes - éveils athlé – 700 m : 1er Alexis Garnier, 19è Renato Roccasalva, 20 Jules Podevin, 24 Malïa Ménard, 30 Célia Dubois, 37 Lea Podevin. Poussins : 1330 m : 1er Maxime Morel, 2è et 1ère poussine Eloïse Gesmier. Benjamins-minimes 2660 m : Alban Garnier 8è et 3è benjamin, 29è Yann Morel.

 


Samedi 24 mars, kid athlé à St-Brice en Coglès - Sprint, course de haies, lancer de vortex, lancer de médecine ball, marche athlétique, saut de grenouille étaient au programme de cet après-midi particulièrement ludique ; le kid athlé s'organise sous la forme de plusieurs « ateliers » où les enfants regroupés par équipe, courent, sautent et lancent. L'avantage de ce type de rencontre est que l'enfant enchaîne différents ateliers, permettant de garder une certaine dynamique dans la compétition et dans la pratique. Les kid'athlés sont toujours des moments sympathiques où les enfants participent en équipe, se soutiennent, s'encouragent. A cet âge, l'esprit collectif est privilégié par rapport à la performance et la valorisation individuelles, correspondant à des aspects que l'enfant retrouvera plus tard dans un esprit plus compétitif. Participaient pour GDM St-James : Malia Ménard,  Kyle Assani, Louka Sevêque, Alexis Garnier, Maxence Tiffaine, Hugo Dufour, Louane Cardoso Leitao, Emilien Velé, Lola Mauchauffée, Marie Ameline, Lilou Gardon, Sasha Dufour, Célia et Romane Dubois, Elouann Ménard, encadrés par Gilles Dubois et Alain Battais

Samedi 24 mars, Châteaubourg (35) - 15 km sur route– 213 classés : 23è Arnaud Velé 1h00’16. Trail de la forêt de la Corbière, 22,4 km – 191 classés : 17è Jérôme Delaunay 1h40’09. Courses enfants – poussins, 1.8 km – 32 classés : 12è et 4è poussine 7’31.

Dimanche 25 mars, trail des vallées à St Pierre de Plesguen (35)  – 35 km – 73 classés : 49è et 4è master 2 Lionel Pasquer 4h03’51 -  Lionel est en préparation du trail de Guerlédan (22) le 20 mai - 63 km - 2300 mD+ avec aussi Pascal Bêlé, Jérôme Delaunay, Jean-Michel Pigeon et Jacques Sémeril

Dimanche 25 mars, match interligues minimes à Rennes, la Normandie se classe 2è derrière l'Ile de France - Julien Pottier, se classant 7è au poids avec 11m88 (dimanche dernier au championnat de Normandie il avait lancé à 12m33)


 Dimanche 1er avril, Trail de Vieux-Vy-sur-Couesnon (35) – sur le 14.5 km – 112 classés dont 12 femmes : 96è Hervé Besnard 1h43’50, 97è et 3è master 2 Annick Pasquer 1h44’06, 100 Florence Degeuette 1h50’48. Sur le 27 km – 75 classés dont 4 femmes : 10è Jacques Sémeril 2h02’03, 14è Gilles Dubois 2h05’26, 19 Albert Vallée 2h10’09, 23è Lionel Pasquer 2h14’54, 71è Francl Porcher 2h56’45

Tony Orvain participait dimanche 1er avril, à la première étape du championnat de France des clubs de division 1 de duathlon – grand prix FF Tri - à Paillencourt dans le Nord, avec son club Rennes Triathlon. Il se classe donc 8è par équipe – 21è au classement général et 6è senior 3 – ses temps : 4.2 km course à pied : 12’33’’ – puis 21 km à vélo : 29’32’’ et pour finir 3 km course à pied : 9’36’’

Ce grand prix met en compétition les meilleures équipes françaises (3 compétiteurs par équipe), soit 16 équipes masculines et 14 équipes féminines. Au terme de ces 5 étapes, le titre de champion de France des clubs de 1ère division de duathlon sera décerné. Prochaines étapes : 22 avril à Parthenay (79) – 6 mai à Vaire (85) – 2 sept aux Herbiers (85) – finale 16 sept à Paris.

Semi-marathon de Liffré (35) – 885 classés dont 193 femmes : 99 Gilles Dubois 1h25’51, 225 Loïc Lebon 1h33’04, 248 Olivier Millet 1h34’18, 254 Mickaël Pinçon 1h34’29, 378 Philippe Mahieu 1h40’14, 665 Patricia Lebon 1h52’56, 769 Alain Battais 1h59’39

Dimanche 8 avril, belle performance au marathon de Paris pour Mathieu Guérault qui boucle son premier en 3h09'19, et Nicolas Boismartel en 3h12'26 qui bat son record (en 2013 au Mt-St-Michel 3h14'53)

Semi-marathon de Liffré (35) – 885 classés dont 193 femmes : 99 Gilles Dubois 1h25’51, 225 Loïc Lebon 1h33’04, 248 Olivier Millet 1h34’18, 254 Mickaël Pinçon 1h34’29, 378 Philippe Mahieu 1h40’14, 665 Patricia Lebon 1h52’56, 769 Alain Battais 1h59’39 - Le commentaire d'Olivier : "Bonne petite matinée pour les coureurs de GDM au semi de Liffré qui faisait office cette année de championnat de Bretagne de la distance. Ciel gris, petite pluie fine mais au final bonnes conditions de course. Des résultats qui ont satisfait tous les coureurs: Gilles fait une super perf en 1h 25' 51 améliorant son record d'environ 5mn ! Loïc, pas très en forme à Ducey, se rassure en 1h 33' 04, j'explose aussi mon record de l'an passé à Avranches de 4mn : 1h 34' 18 en réel contre 1h 38' 12 ! Mickaël qui partait pour 1h 37' est juste derrière moi en 1h 34' 29, Philippe qui visait 1h40 est en 1h40' 14, un vrai métronome ! 
Il n'y a plus qu'à remettre ça dimanche prochain à Pontorson !"

Trail de la Vallée de la Sélune, Les Biards – samedi 7 avril – course nature 12 km en nocturne – 350 m D+  - 124 classés : 10è Jérôme Delaunay 1h08’45, 17 Vincent Avenel 1h10’58, 60 Joël Lelièvre 1h24’57 –

Dimanche 8 avril, Philippe Muriel (licencié aux Joggers de Ducey et à GDM St-James) gagne le trail de la vallée de la Sélune - 25 km – 600 m D+ 165 classés - "je fais 1h56' - je n'ai pas l'habitude d'être en tête de course, très content bien sûr", 5è Jacques Sémeril 2h07’05, 29 Lionel Pasquer 2h32’18, 95 Joël Lelièvre 2h47’11, 104 Jérôme Delaunay 2h49’14

12 km – 104 classés : 42è Yvan Podevin 1h21’59

Sur le défi de la Mazure (trail nocturne + trail court) : Vincent Avenel s'est blessé à une cheville sur la course nocturne de samedi - finissant tout de même la course, mais il n'a pas pris le départ du 12 km du dimanche, ne voulant pas prendre de risques pour la suite de sa saison.

Sur le Défi Sphère (trail nocturne + trail long)  - 41 classés :  20è et 3è master 2 Joël Lelièvre  2h47’10, 24è Jérôme Delaunay (7è master 1)

 foulées de Quevert (22) - 11 km - 190 classés dont 43 femmes : 113è et 10è femme Maryline Cotillard 58'52.

Dimanche 14 avril, 10 km Pontorson – 386 classés dont 106 femmes : 6è Guillaume Bonnard 34’07, 10è et 1er master 2 Emmanuel Cerisel 34’58, 16è et 3è master 1 Philippe Muriel 35’48, 21 Vincent Avenel 36’43, 34 David Hardy 38’, 71 Lionel Pasquer 41’20, 78 Pierre Gautier 41’43, 84 Olivier Millet 42’07, 94è, 4è femme et 2è master 1 Réjane Lecamus avec 95è-96è et 97è Jérôme Mazurais, Mickaël Perrigault et Vincent Lepannetier – tous les 4 en 42’55 ; 106 et 2è cadet Corentin Esnoult 43’35, 119 Loïc Lebon 44’15, 122 et 1ère master 2 Catherine Desaintjores 44’40, 124 Joël Lelièvre 44’51, 132 Jérôme Leduc 45’19, 142 Romain Leroux 45’45, 144 Philippe Mahieu 45’48, 157 Mickaël Gazengel 46 ’33, 166 Yvan Podevin 46’58, 195 Cédric Heslouin 48’49, 196 Franck Porcher 48’51, 212 Jean-Michel Pigeon 49’24, 237 Corentin Bouvier 51’37, 256 et 1è junior Agathe Pasquer 52’44, 268 Annick Pasquer 53’39, 272 Marie-Laure Tesnière 53’45, 285 Philippe Esnoult 54’59, 288 Claire Bodin 55’25, 290 Morgane Goualc’h 55’40, 304 Jacqueline Guyot 56’26, 313 Jérôme Rubon 57’16, 348-349 Florence Deguette et Hervé Besnard 1h01’36, 367 Christine Hayoit 1h03’26, 372 et 373 Sabrina Guillemain et Pascal Thébault 1h04’17, 375 Jean Baptiste Costard 1h04’18, 383 et 384 Gwendolyne Charuel et Désiré Wepierre 1h09’09.

Sur le 5 km – 7 classés dont 37 femmes : Hélène Repessé 1ère femme (6è au scratch) 19’12, 13è, 2è femme et 2è senior 21’19, 15è et 3è minime Noah Pinçon 21’33, 16è Mickaël Pinçon 21’34, 19è, 4è F et 1ère cadette Lola Mahieu 22’17, 35è, 11è F et 1ère master 2 Patricia Lebon 25’26, 45 Ludovic James et Maryline Mandart 46è, 16è F et 3è master 1 en  29’35.

Course benjamins 2395 m : 6è Alban Garnier 9’42

Course poussins 1670 m : 1er  Martin Etienvre en 4’59, 3è Ethan Lechat 5’06, 4è Maxime Morel 5’08, 5è et 1è fille Eloïse Gesmier 5’12, 6è et 5è garçon Alexandre Battais 5’13, 11è et 8è G Alexis Guillemain 5’34, 15è et 10è G Valentin Velé 5’50, 16è et 6è F Rose Mauchauffée 5’57, 18 et 8è F Lauriane Aussant 6’15.

Course éveils filles et garçons – 1130 m sans classement connu : ont participé Alexis Garnier, Lola Mauchauffée, Antoine Ménard, Jules et Léa Podevin, Gaétan Roccasalva et Emilien Velé

Dimanche 15 avril 2018, l’Amicale des sapeurs-pompiers de la Manche,  le centre de secours de Ducey et le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de la Manche organisaient les épreuves sportives départementales des sapeurs-pompiers de la Manche à Ducey et dans ce cadre, les JSP (jeunes sapeurs-pompiers) minimes du collège le Clos Tardif concouraient également, ils étaient accompagnés de Roger Alix – leurs résultats : Julien Pottier gagne le poids en battant son record : 12m 40 ; Cybélia Lenoir 1ère en hauteur 1m37 ; Adèle Pottier 1ère au 80M . Ils irontaux interrégionaux fin mai pour essayer de se qualifier pour le France par la suite. (Il n’y a pas d’épreuves pour Benjamin en pompiers). 

 


 GDM St-James au championnat de France de 100 km à Belvès : une 2è place qui vaut de l’or !

Samedi 21 avril 2018. Un paradoxe pour un club 3 fois titré par équipe  les 3 dernières années, mais dont la préparation n’avait jamais été aussi difficile suite à des désistements pour blessures (David Le Digarcher et Christophe Le Gall) ou autres (Loïc Lebon au marathon de Nantes ce jour-là, Pierre Gautier pas prêt),  et là où, à Chavagnes, Amiens et Cléder GDM alignait pratiquement chaque fois 6 coureurs permettant de suppléer sur une telle distance.

 3 semaines avant le départ, il n’y avait que David Hardy qui était inscrit. En fait, c’est la « folle » décision de Mickaël Jeanne de participer 15 jours avant après 2 mois d’arrêt total pour des abcès inguinaux qui débloqua la situation (15 jours d’entraînement : 135 km au compteur avec la plus longue sortie qui ne faisait que 27 km…). Dans la foulée, Pascal Bêlé, un ultra trailer confirmé qui, entre autres a fait la Diagonale des Fous, l’ultra trail du Mont Blanc, etc et surtout début février 2017 l’ultra trail de St-Malo – 107 km – accepta de compléter l’équipe à la demande de Jean-Luc Hézeau, président de GDM.

David partit pour faire un bon temps (objectif 14 km/h de moy), Pascal pour finir, Mickaël pour faire le 100 bornes allure footing, soit 12 km/h quand même ! (en temps « normal » il fait ça à 13,5 km/h) ! Après, la chaleur joua son rôle d’arbitre impitoyable (tous les entraînements se sont faits dans le froid et là,  première grosse chaleur sur la course – le champion de France Bellanca et le vice-champion Laporte  de l’an dernier ont abandonné, l’un au 15è, l’autre au 60è). David qui ne s’était jamais aussi bien senti jusqu’au 50è d’un 100 km, passant 3è de la course au 55ème, mais en 500 m au 71è km il fut pris de crampes, d’engourdissements, de grosse fatigue, de vomissements, toutes les caractéristiques du coup de chaleur – mais pas question pour lui d’abandonner, d’ailleurs ça ne lui a jamais effleuré l’esprit dira t’il après la course Donc après une bonne pause à l’ombre,  il repartit en marchant et finit la course en alternant la course et la marche, reprenant du poil de la bête à 5 km de l’arrivée et finissant même très fort dans la dernière grosse côte de l’arrivée longue d’1,5 km qu’il monta à 12 km/h (impressionnant son suiveur vélo et entraîneur Rémi Dubois, très émus qu’ils furent tous les 2 en passant la ligne dans le top 10 quand même  après toutes ces péripéties – et aussi avec son frère Vincent son 2è accompagnateur vélo en alternance avec Rémi-). Mickaël, lui, fit sa course prudemment comme prévu, supportant pas trop mal la chaleur, remontant au classement petit à petit - au 71è km, il nous dira « au mental », ça voulait tout dire de sa force de caractère et de sa confiance d’aller au bout, il rejoindra David au 85è km –( il aurait aimé finir avec lui mais c’était impossible pour David de le suivre) – et se classera 8è, passant lui aussi la ligne d’arrivée dans les larmes de l’émotion avec son fidèle suiveur vélo Stéphane Dardennes. Pascal, accompagné en alternance de ses suiveurs vélo, Théo, son fils, et Désiré Wepierre,  ira au bout également après lui aussi un coup de chaleur au 60è –inutile de dire que les derniers 40 km furent hyper difficiles - mais surtout pas question d’abandonner, il monta la dernière côte de k’arrivée encadré par tous les Gdmistes  et avec au bout une très belle 51è place du championnat et la médaille de vice-champion de France. L’arrivée des 3 copains fut poignante, ils font 8è, 10è et 51è sur un championnat de France des plus difficiles du fait de la chaleur et aussi et surtout un parcours qui n’est pas plat comme à Chavagnes ou Amiens (où se déroulera le championnat le 12 octobre 2019) – sur 575 partants à 8 h,  385 ont franchi la ligne avant minuit. Entourés par une belle petite délégation de supporters, ils reconnaissaient que cette 2è place par équipe rejoignait en intensité émotionnelle les autres titres de champions de France  – la dépassant même car cette médaille d’argent ils ont été la chercher avec leurs tripes, elle vaut vraiment de l’or cette année.

Les autres résultats dimanche 22 avril : marathon de Nantes – 2969 classés dont 471 femmes :  101è Vincent Lepannetier 3h08’10 ; 166 Arnaud Velé 3h15’24, 607 Loïc Lebon 3h38’44, 1011è, 70è femme – 10è master 2,  Catherine Desaintjores 3h53’07

Trail court et nature de Parigné (35) – 12 km – 147 classés dont 32 femmes : 54è Mikaël Gazengel 1h6’, 75 Vincent Gratien 1h10’23, 91 Cédric Heslouin 1h13’44, 140-141è Florence Deguette et Hervé Besnard 1h29’28. 25 km – 110 classés dont 9 femmes : 20è Mathieu Guérault 2h01’44, 29è Lionel Pasquer 2h07’58, 84 Jean-Michel Pigeon 2h35’23, 85 Philippe Mahieu 2h35’23, 94 Jérôme Leduc 2h41’27, 107è et 3è master 2 Annick Pasquer 3h02’59. Benjamins, 2000 m : 1er Alban Garnier. Poussins, 1200 m : 3è Ethan Lechat, 5è et 4è garçon Alexis Battais. Eveils découverte, 600 m : 2è Alexis Garnier, 6è et 1ère fille Lola Mauchauffée, 7è et 6è G Antoine Ménard, 13è et 3è F Léa Battais, 20è et 5è F Elouane Cardoso-Leitao.

Marathon de Londres 23684 classés : 1359è Philippe Muriel 3h03’33

Dimanche 22 avril, c’était la 2è étape du championnat de France des clubs de division 1 de duathlon -à Paillencourt (79) pour Tony Orvain avec son club Rennes triathlon – il se classe 33è et 4è par équipe ; 3è étape le 6 mai à Vairé en Vendée.


Réjane et David en équipe de France de 100 km - 27 avril 2018

pour préparer le championnat du monde qui aura lieu le 8 septembre prochain en Croatie  - https://croatia.hr/fr-FR/Destinations/Lieu/Sveti-Martin-na-Muri?ZHNcNDY1LHBcNw%3D%3D 

ils seront en stage avec l'équipe de France, du 14 au 19 juillet, à Andrézieux près de St-Etienne
 http://normandie.athle.fr/asp.net/espaces.news/news.aspx?id=243785

 

 

Samedi 28 avril - à la maison des associations de St-Lô - en présence de Michel Joret, président du comité de la Manche d’athlétisme ; Laurent Vaintan, président de la Commission Départementale des Courses Hors Stade et Réjane Lecamus de la CDCHS également, c’était la remise des récompenses du challenge « Courir en Manche » 2017 qui comptait 24 courses pour engranger des points. Challenge remporté chez les femmes par Maryline Cotillard (GDM St James) devant Margaux Lemouton (Stade St-Lois) et Nadine Jouaudin (Granville AC) ; Sébastien Izabelle (non licencié) conservant son titre chez les hommes devant Stéphane Cotillard (GDM St James) et Damien Jouan (Ca Condé-Torigni). Le challenge Courir en Manche récompense les meilleurs hommes et les meilleures femmes des courses hors stade de la Manche – pour y participer, il faut prendre part dans l’année aux courses du calendrier « Courir en Manche ». Dans chacune des courses, votre nombre de points est fonction de votre classement et du nombre d’arrivants. Et donc, course après course, votre nombre de points augmente. 


Dimanche 29 avril, objectifs plus qu'atteints pour Gilles Dubois et Olivier Millet qui, eux, allaient au marathon de la Loire à Saumur pour battre leur record perso sur un parcours réputé roulant et donc propice aux perfs - 3004 coureurs au départ 

Temps officiels : 16è Mickaël Perrigault 2h45'49 (temps réel 2h45'44), 190 Gilles Dubois 3h08'33 (TR 3h08'13) (RECORD BATTU qui était de 3h11'10) 🤗, 423-424 Réjane Lecamus (10è femme et 4è master 1😉) qui a emmené Olivier Millet en 3h23'42 (TR 3h22'52) (RECORD BATTU pour Olivier aussi 3h28'33) "Vu le temps du week-end, à part regarder la télé ou monter du parpaing (ça, c'est pour Jean-Michel !) la meilleure chose à faire, c'était probablement de faire un marathon. C'est ce qu'on a fait et ma foi, on n'est pas déçu ! Tout le monde est satisfait, voire très satisfait de sa course : Gilles et moi, tout particulièrement.

En ce qui me concerne, l'objectif 1er était de battre mon record (3h28) mais très honnêtement, j'espérais m'approcher des 3h25 (4mn50 au km).

Il y a 15 jours, Réjane me propose de m'accompagner: "OK Réjane, mais faudra pas me ralentir !"😉

Au final, on peut dire qu'on a fait une course de métronome avec 4mn 48 de moyenne (tous les km, entre 4mn42 et 4mn50), le plus rapide : le dernier: 4mn36, le plus lent : le 1er ! 5mn10 (ça bouchonne toujours un peu sur la ligne). On fait la course côte à côte pendant 32 km et après, Réjane est devant moi !

Sans elle, j'aurais probablement battu mon record mais pas d'autant. Clairement sur les dix derniers km et surtout les 5 derniers, c'est sa présence et ses encouragements (et un peu mon orgueil !) qui m'ont permis d'aller chercher cette performance. On finit, main dans la main. Je l'ai remerciée sur la ligne et je la remercie encore mille fois pour son aide. C'est sûrement ça, l'esprit d'équipe. En tout cas, pour moi, c'est clairement l'esprit GDM.🤛

Voilà, encore une belle journée chargée en émotion, sous le signe de l'amitié". 

1973è Franck Porcher 4h20'38 (TR 4h16'52)

les résultats sur https://www.marathon-loire.fr/participer-au-marathon-de-la-loire/resultats-du-marathon-de-la-loire-2018

 http://www.courrierdelouest.fr/actualite/saumur-marathon-de-la-loire-emmanuel-elim-et-svetlana-pretot-vainqueurs-29-04-2018-357871 le commentaire de Mickaël : "Ah trop cool, je l'avais aussi accompagnée à Nantes. On a été réguliers puis on a remonté les Kenyanes. Passage au semi en 1h24. . . Pour finir en 2h45. Je pars pour me faire plaisir. Au 38eme elle me dit "fais toi plaisir !! ". Je finis en 3'40 au km. Je pouvais battre mon record mais je me fais plaisir. Vu l'entraînement que j'avais.. . une sortie "longue" de 25 km seulement".


Résultats "la Passagère" - course nature Dinard-Saint-Malo 14 km - ce dimanche 6 mai, 1210 classés - 41e Arnaud Velé 59'23" La Passagère est une belle course.Un beau dimanche en famille pour se remettre dans le bon sens après mon marathon de Nantes raté et le moral en vrac. J'ai retenu la leçon avec une belle gestion de course où je n ai fait que remonter (merci J-Luc)" ; 64 Jérôme Delaunay 1h01'39,

Dimanche 6 mai, 3è étape du championnat de France des clubs de D1 de duathlon à Vairé (Vendée) -1,4 km course à pied /10 km cyclisme /2,8 km course à pied/ 10 km cyclisme/1,4 km course à pied - Tony Orvain se classe 16è et son club Rennes Triathlon 5è - (4è étape : 

2 sept aux Herbiers (85) – finale 16 sept à Paris). 


 

 

 6 titres de champion de la Manche en benjamins-minimes

Dimanche 13 mai, championnats départementaux sur piste benjamins et minimes, le commentaire de Roger Alix, leur entraîneur :  « Belle prestation de nos athlètes même s’il y avait des absents toujours en vacances et qui auraient pu prétendre à des podiums. Accompagnés d Arnaud  (Velé) et Nicolas  (Maurice ), ce sont  6 titres départementaux que nous ramenons malgré un long déplacement à Cherbourg ». Les résultats – en benjamines :  Louanne Flouriot : 50 m 9’’06, longueur 2m35, championne de la Manche au poids avec 7m62 ( 44 points au triathlon) ; 1ère compétition pour Margaux  Vallée : 1000 m  en 3’54’’06, 2m99 en longueur  et 8m40 au javelot (44 points au triathlon) ; Norah Maurice est montée 4 fois sur la première marche du podium, elle est donc championne de la Manche sur 50 m plat 7’’67, 50 m haies 8’’62, en longueur 4m40 et au disque avec 18m39 (1ère également du triathlon avec 97 points). En minimes – Adèle Portier-Tumoine – 100 m 15’’84, 50 m 8’’13 et 3m58 en longueur ; Julien Pottier champion de la Manche au poids avec 12m67 son nouveau record, 50 m 7’’, 5m03 à la longueur (3è du triathlon avec 86 pts)

Jeudi 10 mai, foulées de Domloup (35) 10 km mi-chemins et mi-route– 514 classés dont 149 femmes : 329è, 39è femme et 2è master 2 Patricia Lebon 52’43, 345è et 44è F Claire Bodin 53’24, 501è et 127è F Lydie Brion 1h06’35

Samedi 12 mai, trail de Mézières sur Couesnon, 40 km , 128 classés dont 11 femmes : 6è et 2è master 1 Mickaël Jeanne 3h21’28, 18 Albert Vallée 3h37’06

Dimanche 13 mai : foulées de Parigny, 9.9 km : 8e et 3e senior Vincent Avenel 35'33 ; 11e David Talneau 36'57

Dimanche 13 mai, super perf de Guillaume Bonnard au 10 km du Havre, sur 1081 classés il se classe 2è en un temps record de 31’56 : « Après mon retour du Kenya, que ce fut difficile, l’impression d’être fatigué, de ne plus avancer,  je décide de couper un peu l’entraînement et de souffler. Je reprends un peu après sans réel objectif entre course sur route ou triathlon. Après quelques semaines où je trouve que les séances passent bien et que les allures sont bonnes je décide de regarder si une course ce week-end peut me convenir, je vois le 10 bornes du Havre : VALIDÉ ! Du coup une 2ème place derrière Hassan Oubassour et un nouveau record personnel, chrono battu de plus de 50 secondes 31,56!!!!! »

Dimanche 13 mai  triathlon M du pays de Rance – 228 classés dont 12 femmes : 1ère femme Hélène Repessé (également licenciée à rennes Triathlon) en 2h36’55 avec 7’30 sur  la 2è (73è au scratch le 1er homme arrivant en 2h08’) -  ses temps : 1500 m natation 30’13, puis 43 km de vélo en 1h24’16  et les 10 km de course à pied pour finir  en 41’22.


 

 

Samedi 19 mai, trail de Guerlédan (22). Sur le 13 km, 350 m D+, 569 classés dont 263 femmes : 429-430e Florence Deguette (160è femme) et Hervé Besnard 2h01'23.

Sur le 26 km, 750 m D+, 1062 classés dont 230 femmes : 587e Mickaël Pinçon 3h36'11 ; 1008e - 201e femme Annick Pasquer 4h28'45.

Dimanche 20 mai, Trail de Guerledan 63 km, 2600 m D+, 1215 coureurs au départ, 955 à l’arrivée dont 78 femmes : tous finishers, 212e Pascal Bele 7h51'43 "mon 3ème Guerledan et le plus technique. Trail de qualité, super beau, il y avait tout pour en baver 😉, les 15 derniers km ont été durs ( il y avait des restes des 100 kms de Belvès je pense) et pour Jerôme qui est avec moi : "trail extrêmement dur mais la douleur est déjà oubliée vu la qualité du trail », 237 Jérôme Delaunay 7h58'42, 411è Jacques Sémeril 8h50'14 "super trail super beau, grosse difficulté à partir du 47ème km car crampes, 16 derniers kms dans la douleur mais très heureux", 600è Lionel Pasquer 9h28'20, 763 Jean-Michel Pigeon 10h09'22 «avec le peu d'entraînement que j'ai pu faire en préparation, mon seul objectif c'était de finir. J'avais prévu dans les 10 heures. Je suis donc satisfait. Dommage que je n'ai pas pu m'alimenter après le 42e, rien ne passait, car à ce moment-là j'étais sur les bases de 9 h. En tout cas c'est un super beau trail et bien costaud. Content de l'avoir fait»


 

Samedi 26 mai, semi-marathon d’Avranches – 1735 classés dont 638 femmes : 5è et 1er master 2 Emmanuel Cerisel 1h16’33, 13è Vincent Avenel 1h20’56, 21 Vincent Lepannetier 1h24’03, 169 Philippe Mahieu 1h39’51, 280 Jérôme Mazurais 1h44’29, 358 Romain Leroux 1h47’06, 459 – 10è master 1-  Maryline Cotillard 1h50’18, 469 Nicolas Hézeau 1h50’24, 538 Anne Le Page 1h52’07, 799 Jean-Baptiste Costard 2h00’09, 13 Yvan Podevin 2h03’15, 917 Cédric Heslouin 2h03’13

Trail de l'Archange, 55 km - Granville-Le Mont-St-Michel - 535 classés dont 83 femmes : 9è et 2è master 2 Albert Vallée 5h05'33, 62 Nicolas Boismartel 5h53'31, 72 Joël Lelièvre 6h00'12, 115 Olivier Millet 6h22'16, 162 Laurent Triguel 6h37'55, 490 Jean-Louis Brault 8h51'35 

Olivier (Millet) nous livre sa petite chronique du trail de l'Archange :

«Au moyen-âge, un pèlerin anglais arrivant à Granville se disait: "plus que deux jours et je suis au Mont" et cela avec l'aide de Dieu! Et nous, individus prétentieux et sans foi, partons pour le faire en 6/7/8 heures !! et ce fut fait ou presque !!!

Une 1ère partie de course sur "mes terres", superbes mais concentrant tout le dénivelé de la course; il fallait en garder "sous la pédale" et sortir "frais" à Saint Jean le Thomas.

En effet, à partir de là, plus de dénivelé mais de la plage en devers entre Saint Jean et le Bec d'Andaine et 300 mètres de vase bien épaisse pour atteindre la dune. Ensuite, un sentier monotrace dans les herbus avec un sol de tangue bosselé par les pas des randonneurs et des moutons et dur comme du béton, bonjour les chevilles !!

Vers 11 heures, ça commence à chauffer sérieusement sur la "carafe" et j'arrive au ravito du 37 un peu entamé (pour beaucoup la portion du Grouin jusqu'à ce ravito a été la plus dure avec les derniers kilos). Et là, juste après la traversée de la Sée et de la Sélune, distantes de quelques kilomètres: un vrai bonheur ! la fraicheur de l'eau m'a fait un bien fou et m'a permis d'être à nouveau plus vaillant. Heureusement car la dernière heure de course s'avérera très difficile à cause de la chaleur: pas de douleur mais plus trop d'énergie: je dois marcher un peu sur du plat !, je crois que cela ne m'était encore jamais arrivé. La défaillance est généralisée car même en marchant environ 50 mètres tous les kilos, je reprends un peu de monde, un comble !! Finalement je rejoins la route puis la passerelle environ 2km avant l'arrivée et là, devant des milliers de spectateurs venus m'acclamer (on m'a dit après que c'était des touristes venus visiter le Mont, ah bon ? dommage !!!) ,je repasse au dessus de 10 km/heure et rentre dans le Mont pour finir les derniers mètres...en marchant !!!

6h22 à l'arrivée, j'ambitionnais autour de 7 heures, donc content le pèlerin !!!!

Bravo à Nico, Joel et Laurent et spéciale dédicace à Jean Louis qui perclus de crampes à 5km de l'arrivée, franchit la ligne d'arrivée en chaise à porteur supporté par quatre ... laquais, pardon par quatre pompiers ! Un comble pour un pèlerin de gauche !!!»

Nos jeunes athlètes qui sont également jeunes sapeurs-pompiers (avec le collège le Clos Tardif) étaient avec Roger Alix, leur entraîneur,  à Pont L'Abbé pour les finales de zones et regroupant les 1ers de chaque activité  de chaque département de Normandie, Bretagne et Loire Atlantique. Adèle Portier finit 5ème au 80M. Enora Desloges 3ême au poids. Julien Pottier 1er au poids et il est donc qualifié au France à Périgueux car seule la première place est qualificative. Une déception pour Cybelia Lenoir qualifiée avec 1,36 m en hauteur qui n’a pas pu concourir pour un problème de dossard à la chambre d appel alors que la 1ère place est à 1,30m.

Dimanche 27 mai, marathon du Mont-Saint-Michel, 2667 classés dont 580 femmes : 25è Philippe Muriel 3h02’01, 113 et 3è master 3 Loïc Lebon 3h18’41, 166 Benjamin Hue 3h23’14, 183 Pierre Gautier 3h24’34, 851 Carole Hézeau 3h56’22, 1840 Anne Martineau avec son frère Christophe 4h33’09 « c’était mon premier marathon et je suis ravie, je m’attendais à souffrir, et non, ça s’est super bien passé »

Duo marathon – 481 équipes classées dont 175 équipes masculines, 88 équipes féminines et 218 équipes mixtes : 8è et 7è équipe masculine Florian Hubert et Arnaud Velé 2h53’35 ; 10è et 8è équipe masculine Mickaël Pinçon et Mickaël Perrigault 2h55’06, 20è Jérémy Tréhu et Mathieu Guérault 3h08’22, 173 et 65è équipe mixte Pascal Thébault et Katia Rault 3h52’23


 

 Samedi 2 juin, meeting d'Avranches - Un bilan donné par Roger Alix : 

"Peu de monde : Avranches et GDM St-James en benjamins-minimes. Et une dizaine d'athlètes de l'extérieur en cadets et plus. 
Cela a permis à nos jeunes de faire un entraînement compétition sur de réelles installations surtout pour ceux qui iront aux régionaux le 17 juin prochain à Val de Reuil (76) 
Julien Pottier fait 1er au poids minimes avec 11m44. Tristan Delion aussi en benjamins avec 7m44 et 4ème de sa série au 50 m avec 8''49.
Cybelia Lenoir 1ère en hauteur minimes avec 1m25 
Theo Bêlé 1er au 1000m minimes en 3'22''65 et Margaux Vallée 2ème en benjamines en 3'53''12. 
Norah Maurice fait 3 fois 1ère en benjamines : en longueur, 50 m et 50 mH. 
Elle améliore son record au 50 m avec 7''61 et fait 4m51 en longueur - elle réalise 9''06 au 50m haies


 

 

Dimanche 10 juin, courses nature des Sabotiers, Bazouges-la-Pérouse (35) – sur le 10.2 km – 105 classés dont 22 femmes : 83 Ludovic James 1h03’11, 97-18è F Inma Graells-Contreras 1h07’33, 98è et 99è -19è et 20è F Florence Deguette et Maryline Mandart 1h08’03. Sur le 16 km – 93 classés dont 19 femmes : 7è et 3è master 1 Jérôme Delaunay 1h02’00, 58 Franck Porcher 1h20’44, 83-12è F Annick Pasquer 1h32’31, 84 Hervé Besnard 1h32’59. Sur le 23 km – 72 classés dont 9 femmes : 11è Jacques Sémeril 1h43’37, 13è Gilles Dubois 1h45’07, 27 Lionel Pasquer 1h55’43

Dimanche 10 juin, les Courants de la Liberté à Caen : Objectif atteint pour David Hardy 2h40'42 (17è - 6è master 1) sur le marathon (il voulait faire 2h40')  - Mickaël Perrigault 2h47'58 (25è) - Vincent (Lepannetier) 2h58'28 (46è) record explosé : 3h08'04 à Nantes le 22 avril dernier ; les meneurs d'allure en 3h30' Pierre Gautier et Loïc Lebon ont rempli leur contrat : Pierre en 3h29'57 et Loïc 3h30'14 ; Alain Battais a stoppé au 21è km.

1h19'05 pour Vincent Avenel au semi marathon, 29è place scratch, record battu (1h20'56 au Mont Saint  Michel le 26 mai dernier) ! "super content bien sûr, j'ai trouvé le parcours de Caen plus difficile que celui d'Avranches-Le Mt St Michel, avec beaucoup de relances. La météo était nickel par contre"
Patricia Lebon a bouclé son semi marathon en 1h54'08 - 182è femme sur 986 au départ🤗 - Bruno Lair aussi en 1h39'13

 Dimanche 10 juin, Tony Orvain (VC Les Pieux) se classe 3è de la course cycliste D1-D2 de Montreuil-sur-Lozon (50),  77.9 km en 2h07’12 :  « échappés à 3 pendant 60 km et 3è,… il va falloir travailler un peu le finish »

 

Posté par courir à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 avril 2018

le mot de Jean-Luc Hézeau, président de GDM St-James, après Belvès

Eh oui je m’y mets aussi ! Comme quoi les grandes épopées donnent envie d’être partagées.

Depuis dimanche que dire de cette journée du samedi 21 avril, j’attends comme convenu le CR de Rémi, je le lis hier soir avec celui de Pascal et là toute la nuit ça trotte dans ma tête, difficile de dormir.

J’aurais envie d’être un grand auteur grec pour raconter cette odyssée afin de mettre en valeur des héros modernes, mais je le sais je ne suis pas Homère.

Puis me vient en tête le symbole du rugbyman Jean-Pierre Rives qui remit son maillot plein de sueur et de sang à Roger Couderc, le célèbre commentateur télé ;  celui-ci le gardera sans le laver en souvenir d’un match mémorable. Je vous dirais bien de ne pas  laver votre maillot, GDM le mettrait dans une vitrine en symbole du courage et de la pugnacité dont vous avez fait preuve, pour servir d’exemple aux jeunes générations.

Mais non tout ça c’est trop, juste des délires entre 2 sommeils, car en plus vous êtes des champions humbles.

Il parait que l’on juge de la valeur d’un homme à son comportement dans l’adversité et la difficulté, alors que dire de vous 3 ……. Rien ! il n’y a pas de mots assez forts, tous les supporters présents sont restés admiratifs de  votre comportement et de votre courage, grâce à vous cette journée fut

Géante,Démentielle,Monstrueuse.

Et tout ça juste pour les copains et le maillot bleu.

Alors quand je serai vieux… enfin beaucoup plus vieux !! Je raconterai  inlassablement cette journée à mes voisins de maison de retraite, et fier je leur dirai :    « j’y étais »

Posté par courir à 10:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rémi Dubois, entraîneur de David et Mickaël à Belvès : "un scénario impossible à écrire" et pourtant...

Rémi : "Pas facile de passer derrière Martine et Pascal pour parler de ce 100 km de Belvès ! Manquerait plus que David et Mika s'y mettent !!!!!!!

Un scénario impossible à écrire ! Le verre à moitié vide ou à moitié plein ????

Depuis que le France de Belvès était programmé, je n'ai jamais cessé de me dire que cela allait être difficile ! Non pas pour garder le titre par équipe, car c'est un résultat qui peut être très aléatoire, nous l'avons vu lors de notre premier titre à Chavagnes où nous avons gagné pour 57" sur les éternels favoris de Mika Boch, mais que :

- ce parcours est très difficile: je l'avais fait à vélo et avais remarqué que les difficultés étaient concentrées sur la même partie (40-60ème km)

- qu'il y avait le risque de chaleur, région oblige, et que le départ tardif (8h) était préjudiciable aux performances - ce qui est vérifiable à la vue des résultats depuis 2000

- enfin  et surtout que notre effectif était décimé: pas de Réjane, pas de Loic L, pas de Pierre G, etc et pour finir, la défection sur blessure de David L, de Christophe L, et aussi la méforme trop longue de Mika J.

 Par dessus tout cela, je m'étais engagé, après ma défection de l'an passé à suivre David sur le 100km. J'ai donc programmé mon opération du genou pour pouvoir réaliser cet objectif. L'opération ayant eu lieu 2 semaines plus tard que prévu, j'ai maintenu cet objectif, bien que je le savais difficile à réaliser compte tenu du problème de rééeducation de ce type d'articulation. Je pense que David s'en est aussi rendu compte ! J'ai fait le maximum pour cela !

 Enfin, le 21 avril est arrivé avec toutes les appréhensions prévues  + la chaleur !

 Tout de suite, nous savions les performances impossibles ! restaient les places à prendre ! ça on sait le faire à GDM, fallait provoquer la chance aussi, en plus de la classe et du mental des coureurs !

Pour Mika, c'était simple, partir doucement, ne pas accélérer, et finir avec les moyens du bord. Objectif réussi au-delà des espérances. Quand j'ai pu avoir les infos, au fur et à mesure de la course que j'ai suivie sur le vélo ou sur le bord de la route, j'ai su rapidement que Mika allait terminer. De plus, quand j'ai su qu'il était 12ème et que David était à la dérive avec moi au niveau du 80ème, j'ai deviné aussi que Mika allait nous déborder "par la gauche". Quand il nous a passés au 85ème, je pense qu'il a été aussi très malheureux que David ne puisse pas le suivre.

A ce moment-là, David et moi avons trouvé Mika "monstrueux". Comment avait-il pu trouver les ressources pour arriver à courir comme cela un 100 km après moins de 150 km d'entrainement en 2 mois ? On sert à quoi, nous les entraîneurs ????

 Pour Pascal, que je ne connaissais pas sur 100 km, il paraissait quasiment sûr qu'il irait au bout, car il était d'abord venu pour cela, se sacrifier pour l'équipe et GDM. A chaque fois que le l'ai vu, 38ème au 55ème, il était tellement bien que je savais que l'objectif serait atteint. Son arrivée à Belvès fut une délivrance (pour lui sûrement !) mais aussi pour l'équipe qui savait, que grâce à lui, GDM était sur le podium du France !

 Enfin, David, que j'ai pu suivre durant 60 km environ, très bien épaulé par Vincent, son frère, pour toutes les zones vallonnées de Sarlat, la course a eu plusieurs aspects :

- la facilité et la retenue : 10 km, comme prévu en "footing" à 14km/h maxi. Puis les 28 suivants avec un recadrage permanent de la vitesse pour garder une moyenne "raisonnable" compte tenu de la chaleur

- la "montée en puissance" et le rythme de croisière, avec les côtes du 38ème au 60ème km, mais aussi et surtout la montée du mercure qui a dû atteindre 28-30° suivant les situations, sans vent, mais très bien gérée par Vincent en matière de ravitaillement.

- la rupture : je devais récupérer le relais à vélo au 76ème km - avec Réjane, Odette, Bertrand en minibus, nous remontions les coureurs depuis le 56ème jusqu'au 76ème. Arrivés au 70ème, nous avons vu la galère de certains favoris, dont V. Laporte, abandon, puis H. Seitz, presque en perdition après le 70ème, quand nous arrivons au 71-72ème, David qui marchait - incroyable (pour moi !!), je n'y croyais pas - "crampes" nous dit  Vincent, son suiveur à vélo du moment - je me dis que ça va passer, mais on voit bien qu'l y a autre chose ! Nous allons jusqu'au 76ème km, passage de relais vélo entre Vincent et moi et nous attendons. Attente très longue, trop longue, c'est pas possible ça ! Odette file au devant avec ma bombe de froid utilisée pour mon genou ! Mais nous voyons passer l'Anglais, puis Seitz, toujours pas de David, heureusement les écarts sont importants. Mais après quelques 30', nous voyons David arriver, il marche toujours. Odette nous informe qu'il a eu les symptômes d'une insolation ou d'un coup de chaleur. C'en est terminé des espoirs de performance en matière de place. David décide de continuer - terrible décision, il me fout les boules - je repars à vélo ...derrrière lui, je n'arrive même plus à monter les raidillons ..il s'est remis à courir ! incroyable ! Cela dure 2-3 km et il se remet à marcher.

Il alternera plusieurs fois cela. Mais le pire reste à venir, il  reste quand même près de 25 km et il fait de plus en plus chaud. David se demande ce qu'il fait là ! je ne sais plus quoi lui dire. Tout est superflu, je sais qu'il a "sauté" dans sa tête, qu'il n'a plus d'essence. L'alternance de course (très courtes portions) et de marche (beaucoup plus longues mais à 6km/h quand même) n'y change rien, il me fait peur ! Quand il se met à vomir en plein milieu de la pampa, avec sans doute 30° au compteur, et avec des bénévoles qui lui demandent si ça va, là franchement, j'ai eu plusieurs fois envie de dégainer mon Samsung pour appeler les secours ! Mais David est volontaire au possible, il verra plusieurs concurrents le doubler, mais ça il s'en fout, il verra aussi Mika le passer, et il saura l'encourager et lui demander de continuer sans lui !

Enfin entré dans les 10 derniers km, il se refera une "petite" santé pour pouvoir terminer les 6 derniers en courant, sans s'arrêter, et en se permettant même d'essayer de me lâcher dans la côte de 1,7 km de l'arrivée à Belvès.

Ce 100km ne sera sans doute pas le plus beau souvenir que je garderai, mais au niveau de l'admiration que j'éprouve pour David, Mika et Pascal pour avoir couru dans ces conditions, je n'aurais voulu, pour rien au monde, manquer cela. Un grand merci aux accompagnateurs de GDM qui ont su porter et motiver ses athlètes. 

 Je donne donc rendez-vous à Amiens, le 12 octobre 2019, à tous les 100 bornards déjà "qualifiés" pour le France : Mika, David, Réjane (qualifiée d'office), Loïc, Pierre, David L, Pascal (qui a acquis sa qualif de haute lutte !), Christophe (qui voudra sûrement se rattraper !) et peut-être d'autres ???

 je pense que j'aurais pu encore en dire, mais il faut bien s'arrêter, il faut aussi "du temps pour lire " !!!!!!!!!!!! et il est déjà 0h 19 !!!"

Posté par courir à 05:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2018

CR 100 km de bitume de Belvès par Pascal Bêlé

Samedi 24 février 2018,  je termine mon ultra trail de St-Malo 107 km,  35ème au classement et 4ème place  sur le défi  (12 +107). Le lundi et le mardi passent  et le mercredi déjà envie de courir, je fais une belle séance avec 3*2000 à 15 à l’heure, à ce moment-là, comme je dis souvent, la prépa a été bonne car elle sert pour la course mais aussi après. Les semaines se suivent, les jambes tournent super bien,  Guerlédan est encore loin mais je prends un plaisir fou à courir 90 bornes par semaine, puis vient ce moment où les points d’interrogation arrivent à GDM : David Le Digarcher est  blessé, Mickael est toujours en stand bye et c’est  vrai : 5 semaines avant le 100 km je me dis « est- ce que j’aurai les moyens d’aller à Belvès »  (récupération  - courir sur bitume ).  Je regarde la carte et me dis « putain, ça fait loin ».

J’oublie pour l’instant et comme j’ai dit à Jean-Luc « je me cherche des arguments pour me convaincre que c’est pas fait pour moi » - (Pascal Bêlé courir un 100 km bitume, c’est à l’inverse de ce qu’il adore) ; mais tous les soirs je cours sur le bitume à 12 à l’heure, j’augmente le volume et l’organisme accepte (j’essaie d’y croire mais je me cherche des bobos) ;  ça commence à parler sur la piste le jeudi soir lors de l’entraînement en commun de GDM  (merci  Strava de dévoiler mes séances…), le vendredi soir  aussi lors de l’entraînement des jeunes, etc…

A 15 jours de l’événement, le boss m’appelle et je sais pourquoi, je dis oui  à 99% car j’ai toujours cette appréhension du côté monotone du 100 bornes et du bitume. Le dimanche,  je fais un marathon à l’entraînement en 3h30 et là je valide définitivement.

 Vendredi 20 avril, 5h30, début de la journée au taf, attention à ne pas trop marcher, à bien s’hydrater,  puis l’heure du départ arrive,  Odette et Bertrand ( très grand merci à eux)  viennent  me chercher avec mon grand Théo, direction Belvès pour 8 h de route environ , la route se passe bien - arrivée sur place vers 22 h , Jean-Luc,  en « seigneur »,  vient nous chercher. Puis très vite prépa du dossard et chaussures puis dodo.

Samedi 21 avril - Lever : 5 h let’s go to Belvès avec toute la famille GDM, le sérieux se lit sur le visage de David et un peu d’appréhension sur celui de Micka (2 énormes mecs, jamais la grosse tête toujours la blague des zzzélites de qualité ) -  je me dis « je complète une équipe de champions ».

depart belves

Ligne de départ, ça rigole déjà moins.  Tout le monde parle de la chaleur et des dégâts qu’elle fera mais je suis persuadé que beaucoup en parlent sans vraiment y penser personnellement. Et c’est parti,  ça déroule gentiment, je regarde ici et là et je constate qu’il y a énormément de vétérans M1.M2.M3,  ça rajeunit pas tout ça !!! les 12 premiers km passent très vite à 4.55’ de moyenne au km, je retrouve mon grand Théo à vélo, on croise Bellanca qui a abandonné - je dis à Théo « envoie un message à Bruno » qui, je sais, doit suivre la course  (un mec en or aussi celui-là).

Ensuite jusqu’au 38ème km, je n’ai absolument rien à dire tellement c’est facile,  tous les clignotants sont au vert,   nous croisons à de multiples reprises la famille GDM (je le dirai plus bas, mais ce sont eux les champions, ce sont eux qui portent le projet très haut) -  au 38ème km je quitte Théo pour retrouver DD en suiveur vélo  (comme dira Théo « on rigole bien avec lui »). Jusqu’au 57ème km, les allures restent toujours très bonnes, je commence à même imaginer un bon chrono  (et avec le recul c’est sans doute là que je fais une erreur : j’accélère dans toutes les côtes et me ravitaille moins, je double à plein pot,  puis j’arrive sur cette très grande ligne droite où il fait encore plus chaud,  la route est ouverte aux voitures (quelle merde ! ) et paf ! un voile blanc sur les yeux : arrêt obligatoire au stand tête dans la bassine pour me rafraîchir, mais je n’arriverai jamais à retrouver l’aisance que j’avais, l’estomac se tord , la foulée raccourcit et ma tête est une cocotte-minute.

La suite est alternance de marche et course, l’envie n’y est plus du tout (oui Réjane !) -  je sais que j’irai au bout mais à contrecœur, tellement je m’énerve sur la chaleur, les voitures, les ravitaillements chauds. Heureusement que la famille GDM est là pour me donner des nouvelles et m’encourager, au 78ème km changement de vélo, je retrouve mon Théo et il me dit « tu sais papa tous les coureurs alternent marche et course devant, ils ont la même tête que toi », est-ce que ça doit me rassurer ou plutôt me dire « essaie d’avancer plus vite »,  je ne trouverai jamais la réponse à cette question car je n’ai juste envie que d’une seule chose :  arriver pour me poser au frais. Donc je cours à 8 à l’heure environ,  les km passent très doucement.

Au 88ème km, Théo me dit « Regarde Jean-Luc vient te chercher à vélo », (je pense qu’il comprend très vite que j’en ai ras la casquette comme beaucoup),  mais pourtant je me permets de lui dire « je reviendrai par temps frais »  merci à lui de venir m’accompagner sur cette fin. Le 98ème km arrive-  comme dirait David « faux plat montant », évidemment la famille GDM est là et m’encourage plus que tout dans cette dernière montée (merci Réjane de m’avoir boosté même si je n’avais pas trop envie de te répondre) -  je me rappellerai de ta phrase !!! « comment ça tu n’as plus envie »  (pétasse !) et les phrases des autres « il faut que tu cours »,  « allez tiens bon » -  pfffffff !!!!!! Enfin cette ligne d’arrivée et surtout cette chaise sous un stand où le soleil n’est pas !!!!! puis ça parle du podium (une chose à laquelle je n’ai jamais pensé 1 seconde pendant la course).  Je retrouve David et Micka -  la course a été dure pour eux également , ma tête est encore à l’envers, ça discute.

Puis un moment de grâce arrive : cette montée vers le podium

IMG_1005

(je réaliserai seulement le lundi),  cette médaille à forte notoriété, les 3 copains se rapprochent pour les photos,

                                                                                                                         podium web

l’instant est bon et magique comme dirait très justement Martine (une médaille d’argent qui vaut de l’or), je suis fier d’avoir rempli l’objectif, j’en referai un !! quand ? je ne sais pas mais sûrement sans le soleil qui a pourri le chrono à tous et qui rend cette médaille encore plus belle (partis à 3 arrivés à 3).

 Ça ne remplacera jamais l’ultra trail, - mes courses préférées -  mais malgré les conditions météorologiques , j’ai vraiment ressenti beaucoup de bonheur à defendre 100 km pour le maillot GDM. Fier d’avoir dit « oui » .

Maintenant suite de la saison sur le trail de Guerlédan 70 km,  le 177 km du Morbihan avec Jean-Michel puis le trail du Sancy 110 km !!!

 Je finirai ce CR par l’essentiel à mes yeux :  mon ressenti perso  

le 100kms à GDM : c’est pas seulement l’histoire de mecs ou filles qui courent , non c’est surtout l’histoire des accompagnateurs (Jean-Luc , Martine, Odette, Réjane, Rémi , Edith, Vincent, Bertrand, Désiré, Jacquotte et les autres) , qui portent le projet tellement haut, tellement fort avec le cœur, ils te remercient , te félicitent,  t’encouragent quotidiennement  dans les moments forts ou plus durs.

 Ils sont les vainqueurs de la journée, sans vous rien ne serait pareil.

Je dis et je répète très souvent l’essentiel dans la compétition est avant tout la satisfaction personnelle (courir pour soi) .

Les valeurs du sport (ou de la vie) ce n’est pas de terminer premier, c’est aussi transmettre la solidarité, la cohésion, le respect, des arguments réunis samedi.       

 Les cent bornards de GDM ont encore de beaux jours devant eux, fier d’être venu sur votre terrain de jeu,

je vous attends maintenant sur le mien !!!

bele couvert web

 

Mention particulière à Théo ma locomotive,

                                                                         IMG_1004

Sabine et Ethan, cette médaille je la dédie à mes 2 Etoiles, à qui les yeux auront brillé en la voyant .

 

Posté par courir à 18:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2017

La dernière de Rémi 9 décembre 2017

Une carrière de coureur bien remplie ?

 

« Le 18 mars 2016, c'était mon dernier entrainement (12,2km cool) une douleur vive de "niveau 8/10" m'a obligé à arêter la course. une opération (ablation totale du ménisque interne)

Depuis 1 an, je m'interrogeais pour savoir si je devais me faire poser une prothèse comme me l'ont proposé les différents chirurgiens rencontrés. Parallèlement, j'étais frustré de ne pas avoir pu recourir après ma première opération, je n'avais pas d'interdiction mais la douleur lancinante que je supportais en permanence, ne m'encourageait pas à le faire.

Mais j'ai fini par décider de me faire poser cette prothèse ! puis me convaincre que je pourrais faire une dernière course sans pour autant souffrir "le martyre" en courant ou provoquer d'autres dégâts au niveau du genou.

Pour finir cette carrière de coureur, j'ai donc choisi Louvigné pour son parcours "plat", sa proximité avec St-James, sa convivialité et le fait de pouvoir courir  avec des athlètes de GDM.

Je n’en avais pas trop parlé car je n'étais pas sûr de pouvoir le faire après 17 mois sans faire le moindre kilomètre ! un premier essai dans la discrétion à Trémelin m'a permis de me rassurer, je pouvais faire au moins 5 km ! Après ce serait "l'inconnu", mais j'avais comme objectif de terminer (…on dirait un débutant qui parle !!!!!!!)

 Une belle édition. c'était la seule journée de la semaine sans vent ni pluie, comme si tout avait été prévu pour que cette dernière course se passe pour le mieux.

 En 2005, j'avais accompagné Martine pour son premier 10 km, à St James, en 48' - mais samedi, c'est elle qui m'accompagnait pour mon dernier, c'est quand même pas banal. On a aussi "partagé le boulot", nous sommes partis doucement (de toute façon je ne pouvais pas plus !), avec un passage en 27'10 aux 5 km, et c'est plutôt Martine qui menait, ensuite, on a inversé les rôles puisque j'ai plutôt accéléré (malgré moi) et un 2ème 5km en 25'09 (David, rigole pas !). A l'arrivée, un 219ème et dernier tee-shirt ! (je vous rassure, je ne les pas tous gardés !!!)

J'espère comme moi que Martine a pu profiter de ces 52'. C'est quand même agréable de pouvoir courir sans pression et au milieu du peloton, on ne voit pas la course à pied de la même façon.

 J’ai super apprécié le dernier kilo, où Réjane, David, Arnaud et quelques autres m'ont accompagné. Ça faisait drôle quand même de réaliser que c'était le dernier ! Beaucoup d'émotion à l'arrivée avec cette haie d'honneur des coureurs de GDM. Mais j'ai réussi à terminer mon dernier 10 km sans bobo !

Comme samedi soir, lors de la petite soirée très réussie (merci à Jean Mi et Mika), je dois remercier les athlètes qui m'ont accompagné jusqu'à et après l'arrivée.

Je ne remercierai jamais assez Maryse, qui m'a supporté pendant toutes ces 37 années, avec les préparations des courses, les contraintes familiales, son soutien inconditionnel lors des courses et sûrement mon sale caractère le jour des courses.

La course à pied m'a permis de rencontrer des milliers de personnes (plusieurs sont restés nos amis dans différents coins de France), m'a permis aussi de beaucoup voyager et je souhaite à tous de trouver autant de plaisir. J'ai connu l'évolution de la course à pied depuis les années "Spiridon" (années 1980) jusqu'à aujourd'hui, et il est probable que si j'avais eu toutes les connaissances d'aujourd'hui , j'aurais sûrement changé certaines choses. les chaussures actuelles m'auraient sûrement évité quelques blessures !

je n'ai pas encore terminé de comptabiliser mais j'en suis déjà arrivé à presque 132 000 km de parcourus (soit 3,3 fois le tour de la terre), si j'avais tout fait en une "seule fois", 24h / 24, je n'aurais mis que 15 mois environ !!!

 

Maintenant, je vais pouvoir me consacrer uniquement à l'entrainement...des autres en prenant autant de plaisir à voir leurs performances et leurs progrès.

Et comme certains qui pouvaient s'interroger sur mon avenir à GDM, ce n'est pas parce que je ne peux plus courir que je ne pourrai pas les faire courir (voire marcher!!!)

 

Merci de votre soutien à tous et à très bientôt sur les bords de route et des chemins boueux !

Une nouvelle année se présente et je crois qu'il va encore se passer de belles choses ! :

Des championnats de cross où je pense que 3 à 9 athlètes devraient se qualifier pour les France.

Des trails en surnombre !

Des podiums à n'en plus finir

Des performances des jeunes (qu'il faut absolument encourager)

Un championnat de France de 100 km (où je serai) et où on espère un nouveau podium

Un championnat du monde des 100km en Croatie où je compte bien qu'il y ait 2 athlètes 

Enfin, encore quelques marées à attendre…

Bon courage à tous, j'ai fait ma part - bisous ! »

REMI

 

Posté par courir à 05:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 décembre 2017

PALMARES REMI DUBOIS

Rémi DUBOIS, (1ère course aux foulées rennaises en octobre1980)

59 marathons dont 29 en 2h40 et moins
Record personnel en 2h 24’ 39 » (Argentan)

566 courses à ce jour avec env. 72 victoires séniors (82 podiums) et 43 victoires en vétérans (94 podiums vétérans)

 8 courses de 25 km                RP 1h 25’ 45 » (Liffré)

15 courses de 20 km              RP 1h 07’ 27 » (Perros - Trebeurden)

64 semi marathons:               RP 1h 10’ 14 » (Sarthe ?)

14 courses de 15 km              RP 50’ 57 » (Rennes)

81 courses de 10 km              RP 32’ 41 » (Angers)

2 courses 10 000m piste        RP 32’ 32 » (Rennes)

11 courses de 5000 m piste   RP 15’ 10 » (Rennes)

12 courses de 3000 m piste   RP 8’ 48 » (Rennes)

128 cross

12 trails

162 courses diverses (foulées, duathlons, etc)

 Participation à 96 championnats (départementaux (28) régionaux, nationaux, europe (1), monde (3)-   

  8 titres

Quelques résultats en championnats :
Champion d’I et V de cross en 1996
Champion de BZH de marathon en 1996 (2h34)
Champion de France de cross des territoriaux en 1998
10éme au championnat de France FFA de marathon en 1998 à Reims en 2h 35 (cat. vétérans)
10éme au championnat d’Europe IAAF de  semi-marathon en 1998 (cat. vétérans), (LaHaye)
8 éme au Championnat du monde vétérans IAAF de marathon en 1999 (Newcastle)
7  éme  au  Championnat  du  monde  vétérans IAAF de marathon en 2001 (Brisbane-Australie)
1er  au Championnat du monde IAAF vétérans de marathon en 2003 à Porto-Rico et 2éme par équipe
1er   au  Championnat de France vétérans des territoriaux sur 10 km le 28 mars 2004 (Bordeaux)
1er par équipe au Championnat de France de cross des territoriaux en 2003
1er par équipe au Championnat de France de cross des territoriaux en 2004

15 podiums en championnat national territoriaux dont 7 titres et 9 en championnats FFA dont 2 titres

Participation à d'autres courses internationales :

 

20 marathons à l’étranger (New York, Londres, Brisbane, Cracovie, St Petersburg, Vienne, Prague, Rome, Barcelone, Seville, Kingston, Newcastle, Edimbourg, Athénes, Pafos, Malte)

4 participations au marathon de New-York, meilleure place en 1991 (84ème sur 28000 env.) en 2h 32'
      Marathon de Londres 1989 en 2h 32'
      Marathon de Pafos (Chypre) 3ème au général et 1er vétéran (2001)
      Marathon de Prague 2ème vétéran (2003) en 2h 42'
      Marathon du Mont St Michel (1999) 4ème vétéran en 2h 34'et 13ème au général – 2h35 en 2004 (33éme)
      Marathon d' Orléans (1990) 3ème en 2h 28'
      Marathon d'Argentan (1990) 2ème en 2h 36'
      Marathon d'Argentan (1991) 1er en 2h 24' 39 
      Marathon d'Argentan (1992) 2ème en 2h 28' 54‘’

      Marathon de La Rochelle (1995) : 1er vétéran en 2h32

      Marathon de La Rochelle (1996): 3éme vétéran en 2h 29

 Récompenses (anecdotique !) 219 Tee shirts- 114 médailles - 149 coupes

 Dernière course : 10 km de Louvigné du Désert en 52'19 », le 9 décembre 2017

Posté par courir à 06:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2017

Mon premier 100 bornes par David Le Digarcher

Cléder. Finistère. 9 juillet 2017. Championnats de France de 100km.

                                                                                       ecume_recto

circuit cléder

denicelé cléder

L'air est doux, l'atmosphère est fraîche, le vent breton absent, la température est idéale pour courir un cent kilomètres. 250 personnes derrière une ligne. 250 êtres vivants avec une lumière sur le front. Un troisième oeil pour éclairer la nuit qui va disparaitre sur l'interminable chemin, entre terre et mer, entre agapanthes, hortensias et embruns. Je suis bien, je me sens bien. Je suis là où je voulais être. J'en profite. Que du plaisir.

Pour en arriver là, il aura fallu des mois. Il aura fallu courir 2000km depuis janvier. Il aura fallu se lever à trois heures du matin en ce neuf juillet. Tous sont prêts. Nombreux sont ceux qui ont traversé la France pour se tenir là, debout, presque calmes sur la terre d'Armorique. Ils vont souffrir. Ils parlent peu. Ils vont tous souffrir. Ils le savent et ils aiment cela: courir jusqu'au bout de soi.

La nuit dans la yourte avec les membres du club, aura été courte. La veille au soir déjà, lors de la pasta party, la concentration était palpable, surtout chez les champions : David, peu loquace, dans sa bulle, déjà totalement concentré sur son objectif. Réjane, encore souriante devant sa bolognaise. Mickael Jeanne, si expérimenté, qui vient me glisser un conseil à l'oreille: cela va aller, mais surtout, n'oublie pas de boire, surtout sur les premiers kilomètres.

Boire de la Saint Yorre, avaler le Malto, manger des pâtes, des lentilles, du riz à foison, du rond, du complet, du long, depuis trois jours, je ne fais que cela.

Que faisons-nous là ? Il va être cinq heures du matin. Je regarde mes pieds, mes adidas bleues assorties au maillot du club, je respire profondément comme toujours avant le départ de chaque course pour faire descendre au maximum le rythme cardiaque avant le coup de feu. Je suis bien. J'en profite. Que du plaisir.

Le signal retentit. Je pars vers l'inconnu. Deux semaines ou presque que je n'ai quasiment pas pu courir à cause de mon ischio droit. Sur quelle allure partir ? Le muscle récalcitrant va-t-il tenir? La préparation avait été bonne auparavant. Cela suffira-t-il ?

Dans la lumière informe de l'aube pas encore née, la masse multicolore des coureurs se déplace enfin.

Au bout d'une heure, Dédé sur son vélo

DD VELODAVID LG SOURIT

me rejoint pour m'accompagner jusqu'à la mi-course. David H avait bien insisté pour que quelqu'un m'accompagne. Je n'en voyais pas forcément la nécessité. Mais maintenant je sais combien la présence de Dédé, puis de Philippe, était nécessaire, indispensable. Grand merci à eux.

 

Premier 10km en 52mn, premier marathon en 3h40, passage au 50km en 4h20 : tout va pour le mieux. Je sens bien parfois mon ischio qui me parle, qui me dit qu'il ne va pas bien, mais cela reste gérable. Surtout, il ne faut pas s'enflammer. Je ralentis dans les côtes et je me surveille en descente.DAVID LG JLUCSurtout Dédé me répète de me calmer, d'aller plus doucement, que tout commence au kilomètre 70. Grâce à ses conseils, je ne dépasse pas le 12 km/h. L'avenir lui donnera raison, même si Loïc et Pierre s'éloignent. Je l'entends discuter au téléphone avec Jean-Luc, le président du club. Il me donne des nouvelles de la tête de course: tout se passe bien pour tout le monde. David et Mickaël sont bien placés, Réjane est encore à la lutte. Chacun trace son chemin entre terre et mer dans les alentours de Cléder.

En faire trop, c'est mon défaut. Mika et David me l'ont rappelé lors de ma préparation, maintenant c'est Dédé. Mais je gère. Le cardio reste bas et cela me rassure. D'ailleurs, il restera toujours bas. Il ne dépassera jamais le 80% de fc max. La difficulté pour moi sur 100 kilomètres, ce n'est pas le coeur. Il faut croire qu'il est bon ce coeur d'ancien gros fumeur qui a arrêté il y a deux ans pour me mettre au sport. Non. Le problème ce sera les muscles des cuisses.

Alors quand arrive le kilomètre 70 et que je n'ai plus de jambes, je me dis que cela va être compliqué. Très compliqué. Je me dis que si mon ischio lâche, au moins j'aurai une bonne excuse. Je me dis qu'ils ont raison ceux qui ont l'expérience. Je me dis que je ne vais pas tenir. Je me dis qu'il me reste trois heures de course et que cela va être compliqué. En un mot : je doute.

Ce que j'aime dans la course à pied, c'est ce dialogue entre le cerveau et le corps. Il faut être à l'écoute. Il faut savoir entretenir le dialogue pour ne former plus qu'un avec soi-même, en passant par la souffrance. On apprend sur soi à travers nos expériences de vie, quand les passions et les émotions sont en lutte avec la raison et la volonté.

Mais il n'y a pas que l'eau et les gels qui donnent de l'énergie. Il y a aussi les encouragements, les applaudissements. Au 75ème surtout, quand les forces commencent à manquer, qu'elle m'a fait du bien la force bleue ! Tous les membres du club qui vous encouragent de la voix, vous soutiennent d'un geste bienveillant.DSC_0080

Heureusement qu'ils étaient là, au passage le plus bas, alors que je cherchais désespérément du regard, Laure, mon épouse, et mes trois filles présentes: où étaient-elles ?

En plus, problèmes gastriques : deux arrêts dans un champ à l'abri des regards... un gel tous les cinq kilomètres, une petite bouteille tous les cinq kilomètres... je m'arrose les cuisses... mais l'allure, petit à petit baisse... Philippe a pris le relais à vélo et l'objectif est revu à la baisse... neuf heures...

11km/heure, 10km/heure, 9km/heure, je tiens sur du 6mn 30 au kilo... je ne suis pas si mal car je double, je double... trois, quatre, cinq, ils marchent... je double Loïc qui n'a plus de forces... Philippe pédale, va me chercher de l'eau, des pastilles de sel... je ne veux plus rien manger... je veux m'allonger et fermer les yeux au soleil... car la température monte inexorablement... et puis l'ischio droit... je l'avais oublié... il se contracte, il se fait sentir... encore dix kilomètres... je sens qu'il va lâcher... je sais que si je m'arrête je ne pourrai plus repartir... où est ma famille, où est Laure, où sont mes filles, je demande à Philippe de me parler de son boulot, de la scolarité de ses enfants, de n'importe quoi... le collège, le lycée, c'est mon boulot, cela m'occupe l'esprit et évacue les idées négatives... il faut oublier que les muscles des cuisses sont de plus en plus raides.

Mais vient le moment où je sens, où je sais que l'ischio va lâcher. Il est contracté, il est dur, il fait mal. Un petit coup de couteau d'un coup. Alors je décide de marcher sur les cinq derniers kilomètres. Je vais perdre quinze minutes, les neuf heures s'éloignent, mais tant pis. Loïc me dépasse, me demande de le suivre pour finir ensemble. Mais je ne peux pas. Pour une fois, je suis raisonnable.

L'arrivée enfin : à la vue de mes filles, de la ligne, je parviens à reprendre la course. Je suis bien, apaisé, j'ai eu le temps de me reposer, je n'ai plus envie de m'allonger. L'euphorie est un puissant anesthésiant.

Je termine mon premier cent kilomètres avec mes jumelles, Dido et Diwan,DAVID LG JUMELLES

aussi ravies et fières que moi.

 Quinze minutes plus tard, toute souffrance semble déjà loin: avec Pierre et Loïc, on rigole tous les trois sur les tables de massage. Je mange peu après avec Réjane, tout sourire, la championne de France. Le club remporte le titre par équipe.

Fin de l'aventure, ou presque : je resterai une semaine sur place avec ma famille, en vacances.

9h24. 35ème aux championnats de France après 18 mois de CAP. On me félicite. Je devrais être content. Eternel insatisfait, j'ai le sentiment de ne pas avoir été jusqu'au bout de l'expérience. Les cinq derniers kilomètres de marche me laissent un goût d'inachevé. Alors, si au kilomètre 70 je me disais, "plus jamais ça", aujourd'hui je suis déjà reparti pour de nouvelles aventures, de nouvelles courses et objectifs avec le GDM. Longue vie à lui et à ses membres!

Voilà : c'était le compte-rendu d'un petit coureur membre d'un grand club.

 

Posté par courir à 17:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 juillet 2017

Comment Jean-Luc Hézeau, président de GDM, a vécu cette journée inoubliable à Cléder

« Ce week-end end du 9 juillet à Cléder était pointé sur les agendas des coureurs, de leurs suiveurs, mais aussi des supporters.

Faire aussi bien que les 2 dernières éditions, mais ne pas se mettre de pression inutile, un 100 bornes reste un 100 bornes, donc une course sans aucune certitude, celle des adversaires, mais surtout sa propre incertitude.

Tout se contredit et s’entrechoque dans la tête des coureurs et de leur entourage,

Les encourager, mais ne pas leur mettre la pression. Être présent mais ne pas les envahir, les laisser dans leur bulle, mais ne pas les laisser seuls.

Décidément on ne sait pas quoi faire, JE ne sais pas comment me comporter.

Mais après tout, ce sont des champions, ils se connaissent par cœur, ils se sont si bien préparés, alors faisons leur confiance…..Mais en pensant ça, ne suis-je pas tout simplement en train de me rassurer moi-même, un peu sûrement mais objectivement ils sont prêts, alors j’ai raison.

5h du matin, le départ de nos 6 coureurs pour ce championnat de France Elite. On sourit, on s’embrasse, on leur souhaite courage, ça ira mieux dans quelques kilomètres quand la course sera partie.

Top départ, pour eux la course, pour nous l’attente du 25ème pour les voir passer.

25 kms on se dit que ce sera une première indication, et puis aussitôt que ça ne veut rien dire, la course commence beaucoup plus tard (toujours contredire la certitude).

ça y est, les voilà, tout va bien pour nos athlètes, tous faciles, l’appréhension concernant la blessure de David(Le Digarcher) s’estompe.

Ils sont passés, ils repartent tous vers leur aventure et nous on attend. Rapidement des nouvelles : David et Mickael sont devant tous les 2, super !  s’ils font ça c’est qu’ils sont bien, mais n’est-ce pas trop tôt, encore des incertitudes pour ne pas dire des angoisses. Réjane pareil 2ème, très bien ou trop tôt, décidément on ne sait pas ce qu’on veut, on est en train de boire un cocktail à base d’espoir, de joie, de bonheur avec un zeste de crainte et d’angoisse, un goût bizarre de douceur et d’aigreur.

Le 50ème, les visages ont changé, plus aucun coureur ne sourit ni les nôtres  ni leurs concurrents, ils sont tous rentrés dans leur monde de 100 bornards, ils sont entre eux et nous sur le bord on ne peut que regarder, on se raccroche à leur suiveur, comment ça va ? Mais eux aussi sont dans leur monde, ils ne font plus qu’un avec leur athlète, alors nous pauvres spectateurs on ronge notre frein, on imagine, on se rassure comme on peut…

Pour moi ça s’arrête je vais suivre Jean-Michel sur le 50 km, je vais avoir quelque chose à faire, un but, autre chose que d’attendre. Alors merci Jean –Mi pour ce rôle sinon je ne suis pas certain  que ma tension artérielle aurait supporté.

Heureusement pour éviter le vide, Martine me tient régulièrement au courant de la course, et à distance je ressens la bagarre en tête de course jusqu’au dénouement final. A l’arrivée une seule envie, les voir, les embrasser, les féliciter avec des paroles, des regards ou des silences.

ILS L’ONT FAIT, ils l’ont tous fait, tous ont réussi leur course, alors à tous MERCI, vraiment merci  à Réjane, David, Mickael, Pierre, Loïc, David, un merci accompagné de respect et d’admiration à vous 6.

Mais ce week- end fut riche aussi grâce aux 2 autres courses.

Le 50km, qui pourrait-on croire est la moitié d’un 100, mais il suffit de suivre la course pour  se rendre compte qu’en réalité c’est bien 8 km de plus qu’un marathon. Alors un grand bravo à Catherine, Jacques, Jean-Michel, Olivier, Arnaud. 5 coureurs dans les 20 premiers : quel tir groupé !!

Et enfin la course qui pourrait paraître festive, car en équipe, le 25 km, comme l’aurait dit M. de la Palice,  quand même  4 de plus qu’un semi !!! 3 équipes de 4 coureurs, 3 équipes d’amis,

Maryline, Carole, Stéphane, Nicolas, Anne, Béatrice, Mickael, Joël, Florence, Annick, Lionel, Hervé

Du GDM pur jus.

Alors à tous, coureurs, suiveurs, supporters, merci pour ce week-end, merci pour cette ambiance à la fois sérieuse et décontractée.

MERCI A TOUS DE NOUS PERMETTRE DE VIVRE CES MOMENTS-LA.

Jean-Luc »

 

Posté par courir à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2017

Nico Boismartel nous raconte son raid du Golfe du Morbihan - 30 juin - 1er juillet 2017

Ça y est, je me lance pour vous raconter ma journée de vendredi sur l'Ultra Marin sur la distance de 87km (89,500 en vérité).

raid

Départ de la maison vers 8h15, pause-café vers 10h30 à quelques km de Vannes chez un ami qui sera mon unique supporter à venir m'encourager en début de soirée.19848790_10155545779944973_1276549185_n


Arrivée sur Vannes vers 11h30, récupération de mon dossard, tour du village et récupération de la boite de biscuits remise à tous les participants. Belle boîte avec en prime sur la boite, la photo des vainqueurs  de l'an passé. Tiens David est dessus!!!!!!!!David Hardy MORBIHAN 177 km 2016

A sa demande je me renseigne pour lui acheter une boite mais malheureusement pas de vente de celle-ci, bon allez je vais être sympa, David, ma boîte est pour toi (je te dois bien ça)........elle sera sans doute vide.
Arrivé vers 13h, au port du Crouesty où sera donné le départ dans 2h, il fait froid et il pleut (direction le resto : un bon burger avec une bonne bière : on va pas se laisser abattre)


Départ vers 15h, allez c'est parti avec un objectif de 10-12h de course. Sur les conseils de mes coachs (merci David, Jean-Mi et Micka),  je pars prudemment, le paysage est magnifique et le circuit vraiment sympa1_raid-87km-3

, je repars du 1er ravitaillement en 334ème place avec une moyenne de 6,30mn/km (TOUT VA BIEN)


Au 48ème km, 2ème ravito, les jambes commencent à être lourdes et mal sous un pied, mais toujours avec une moyenne d'environ 6,30 au km, j'ai doublé pas mal de concurrents pour me placer 191ème. Le temps est long jusqu'au 70ème et le ravito suivant, là je retrouve François, mon pote, qui est venu me soutenir l'espace de quelques minutes, direction les infirmiers pour soigner une grosse ampoule sous le pied gauche19668290_10155545780104973_1768618731_n

et c'est reparti avec cette fois une 2ème "AMPOULE", mais cette fois sur la tête, une première pour moi de courir avec la frontale.


Allez courage, plus que 17km, mais que c'est long, je marche, je cours, je re-marche et puis je re-cours, je me demande ce que je fais là? Dans ma tête promis je passe la ligne et c'est sûr j’arrête la course à pied, par moment cela devient interminable, plus de batterie sur ma montre je me renseigne du nombre de km qu'il nous reste et là j'apprends que le parcours fait exactement 89,5km. GRRRRRRRRRRRdj552nux


Et puis voilà, j’aperçois enfin les arches de la ligne d'arrivée, bizarrement tout va mieux.....0143a7d2


Un grand moment que de passer cette ligne vers 1h50 du matin19679503_10155545780449973_683454399_n

, je suis rincé, mais super content et fier (SNIF SNIF) d’être allé au bout, récup du tee-shirt FINISHER (je dors avec depuis), direction le dernier ravitaillement puis dodo dans la voiture avant le retour samedi matin à la maison.

Ça y est vous savez tout, et puis j'ai bien réfléchi,

c'est reparti avec début septembre le marathon du Médoc puis fin Octobre celui de Rennes, il faut le dire, malgré tout cette expérience était grave kiffante!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!0cccf61e

Posté par courir à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juin 2017

Réjane nous raconte son marathon de Caen le 11 juin 2017

20170611_071901[1]

Je ne fais pas forcément de compte-rendu d'une course de préparation mais celle-ci a été particulièrement sympa pour moi, alors...envie de partager :)

 Je suis allée au Marathon de Caen en tant qu'invitée (là je fais ma crâneuse;))Résultat de recherche d'images pour "gif animé heureux fier". Ma sœur Régine m'accompagne (sans courir). Nous allons là bas avec Loïc Lebon, Pierre Gautier ; meneurs d'allure et Patricia.

 Arrivée vers 15h30 le samedi au parc expo. Récupération de mon dossard auprès d'Henri Lepape (qui n'est pas facile à trouver, caché à part dans un bureau;). Direction l'Appart Hôtel pour Régine et moi et l'Hôtel Ibis pour Patricia, Loïc et Pierre. Le soir, Régine et moi avons le repas d'offert au parc expo. Nous y allons avec un coureur (et son entraîneur) qui me dit quelque chose...Olivier Caillère avec qui j'ai partagé le podium des 10 km de Pontorson. A table, je parle avec un gars qui ne m'est pas inconnu de visage....Francis Garnier. Au retour, nous ramenons un coureur que j'ai déjà croisé mais où....sur le podium de Saint André des Eaux l'été dernier. Sommeil un peu difficile à trouver pour moi, même si je ne stresse pas.

Petit déjeuner à l'hôtel puis à 7h30, un bus nous emmène au départ. Je pars m'échauffer 40 min à 12 comme convenu sur le plan. Il fait déjà chaud !!!

 Le  départ se fait avec un peu de retard : problème électrique. L'arche se dégonfle et le micro ne fonctionne plus. Quand le speaker peut à nouveau nous parler, un petit hommage est rendu à Jacky Fontaine, coureur d'Avranches, meneur d'allure depuis plusieurs années et décédé quelques semaines plus tôt. Vers 9h20 : top départ. Je dois faire le 1er semi en 4'47-4'50 au km, puis je peux accélérer mais pas plus vite que 4'20-4'25 ( oui ben ! cette partie-là devrait être facile à respecter)

 Partir à 4'50 quand tu es dans le sas élites, c'est un peu compliqué...4'18 au 1er km et je me prends des courants d'air terribles...tout le monde me double....4'26 au 2ème. Il faut que je ralentisse. Alain Angélique et Pierrepierre caen 2017 web, meneurs en 3h15, doivent me doubler. Je discute avec une fille qui aimerait faire 3h11 en sachant que ça ne passera pas avec cette chaleur. Elle s'éloigne puis Pierre et Alain arrivent vers le 5ème. L'occasion de discuter avec des coureurs.

 C'est un vrai bonheur de faire un marathon dans cet état d'esprit ; tu peux parler,Résultat de recherche d'images pour "GIF ANIME BAVARD" sourire. Tout le monde te double et toi, tu sais que tu vas en revoir (prétentieuse…) beaucoup (normalement), d'autant plus qu'avec cette chaleur il va y avoir des dégâts... je courrai tout le marathon avec une bouteille d'eau à la main et je profiterai de chaque épongeage. Heureusement, par moments il y a des nuages.

 La 1ère partie est plate et belle, en bord de mer.Mer images Je fais mes km en 4'37-4'40. Régulière mais trop rapide... il y a des spectateurs à de nombreux endroits et nous sommes applaudis !!! il y a aussi des animations musicales. C'est vraiment sympa. Je commence à en avoir marre de cette allure. Je pense bien aux recommandations de Rémi depuis le début de course, ainsi qu'à celles de Johnny mais c'est long.....

Au 18ème, j'accélère, tant pis...Juste avant le semi, je rejoins Alain et Pierre en leur disant que leurs flammes de meneurs d'allure  sont comme des jouets qu'on agiterait devant un chien...ça agace...alors je passe devant et j'espère ne pas les revoir :).

 Je passe le semi en 1h36min58sec. Et là, la tendance s'inverse : je ne fais que doubler...la fille avec qui j'avais parlé les 1ers km, une autre fille un peu plus loin... je discute avec plusieurs coureurs, je remercie le public de leurs applaudissements et invitent ce qui ne le font pas à frapper dans leurs mains (afin de ne pas s'endormir;).R2JANE MARATHON CAEN 1

 Un enfant a un écriteau « allez les papas ! allez les mamans ! »....pas concernée par cet encouragement ;). J'ai vu Régine et Patricia avant le 5ème (elles sont ensemble et vont tenter de nous voir sur le parcours) ainsi que Pierrick Davy juste avant le semi.

 Cette 2ème partie est un peu plus vallonnée. Un bénévole me conseille d'aller doucement avec mes bras...ça fait des années que c'est comme ça et ça avance quand même:) ; quelques spectateurs pensent que je ne fais pas le marathon car je double les coureurs trop vite...je rectifie;). Vers le 33ème : plus personne à encourager ni à doubler: (... pas du tout envie d'être seule...ça ne dure pas.

Les km sont plutôt à 4'30 du 33ème au 36ème. Un peu de chemin, de l'herbe...et puis j'espère ne pas payer la vitesse trop rapide du début...ce serait ballot de se faire redoubler ;).

 Je ne suis pas la 1ère féminine mais j'arrive fraîche, j'arrive comme une balle sur les coureurs, je souris, je remercie le public, je réponds aux mains tendues par les enfants. J'ai l'impression que les gens apprécient et encouragent davantage. Je vois un coureur de Pontorson qui fait quelques mètres avec moi. J'espère que tout va bien pour Isabelle ; elle fait son 1er marathon (objectif 3h40) ; je vois aussi Jean-Baptiste Costard qui fait un relais, une équipe de Saint-Brice qui encourage. Régine et Patricia à un peu plus d'1km de l'arrivée.

 À partir du 36ème, ça devient de nouveau plat. Au 39ème, ça descend...4'20... envie de se lâcher...ça descend

40ème en 4'08. le public est super !

arrivee réjane caen 2017

41ème en 4'06. le public est génial ! Je le remercie en courant, leur fais signe qu'il me donne la chair de poule, limite les larmes aux yeux

42ème en 4'

J'accélère pour faire moins de 3h10......3h09min48sec

Dès que je franchis la ligne je me retourne pour leur crier merci. Je ne sais pas si la 1ère a eu droit à un tel accueil mais le mien était génial :)

 Le speaker me pose quelques questions, puis au lieu d'aller au ravitaillement, j'escalade la barrière.Il me reste 20 min de récup à faire alors je vais au devant d'Isabelle. Les gens hallucinent de me voir courir encore et certains m'applaudissent à nouveau ;) ..merci

 Je discute avec Régine et Patricia. Je vois Isabelle qui arrive entourée de son mari et Matthieu. Génial pour son 1er marathon par cette chaleur, elle est dans les temps, génial !!! bravo

 Loïcloic caen 2017arrive peu de temps après. Nous allons au ravito ensemble. Il est tout simple ce ravito...y a pas grand choix....surprise...mais une fois récupéré notre lot finisher il y a un autre stand : les produits du terroir et il est vraiment très bien.

 Récupération du sac, petite douche froide, un verre avec les coureurs de Pontorson puis c'est l'heure des podiums:) - je suis 66ème sur 758 classés (ils nous avaient annoncé 1400 partants environ!!!) et 6ème féminine.

 1er podium par catégorie : 1ère V120170611_151926

ils me disent de ne pas redescendre

2ème podium (je ne sais plus) : 1ère

ils me disent de rester avec eux encorerejane caen 2017

3ème podium/ championnat régional FFA : championne de Normandie de marathon:)

 ça y est, je peux descendre. C'était pourtant bien. Et l'accueil des organisateurs sur le podium a été tout aussi chaleureux que celui du public sur le parcours.

 Petit pique nique près de la salle tous les 5 puis c'est l'heure de repartir.... un super week end où j'ai revu Franck Danet qui passe le bonjour à GDM, où j'ai pu revoir Delphine et discuter avec elle.

 Un énorme merci aux spectateurs, à l'organisation pour l'invitation, aux bénévoles au top sur les ravitaillements et les épongeages.

Un énorme merci à Régine d'avoir été là. Elle a halluciné en entendant certaines conversations sportives ;)

merci à Pierre, Loïc et Patou pour ces super moments

merci à mes collègues pour tous les changements de plannings sans lesquels je ne pourrai pas faire tout ça.

merci pour vos messages

 un rêve maintenant.....avoir le même sourire à Cléder

Posté par courir à 06:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]